Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

CULTURE & CIE

lire      écouter  voir  sortir   personnalités           films      expos  musique    news art    romans    concerts     ...

Rechercher

CULTURE CIE & VOUS

PARTENAIRES

10 février 2008 7 10 /02 /février /2008 19:59
La-Nature-et-ses-symboles---guide-Hazan---culturecie.com.jpg
Que celui qui n'a jamais retenu un bâillement au musée devant une série de natures mortes ou une superposition d'austères vanités apparemment identiques passe son chemin ! Pour les autres, qu'ils aillent vite se munir de ce guide précieux, La Nature et ses symboles, paru chez Hazan.

Ce livre part d'un constat simple:
"La science pré-encyclopédique charge la nature de significations symboliques si nombreuses et si denses qu'elles ne sont plus compréhensibles ni même perceptibles par l'homme d'aujourd'hui" et c'est dommage, car rien n'est anodin dans ces énigmes raffinées que sont souvent les tableaux anciens. Très utile pour le déchiffrement des oeuvres dans lesquelles le spectateur est tenté de ne voir qu'un bel assemblage de fruits et légumes, le guide révèle des allégories complexes de la faune et la flore, souvent religieuses, ou rappelant la fragilité de l'existence humaine.

Une simple noix constitue ainsi un rappel de l'incarnation du Christ. Le saviez-vous ? De même, un passereau charmant perché sur la main d'un Enfant Jésus potelé est sûrement un chardonneret, symbole de la Passion à venir, comme un oeillet qui annonce les clous de la Croix. Le rapport n'est certes pas forcément évident à saisir, c'est pourquoi ces mille analogies dont l'art est friand sont décryptées dans ce joli livre. Grâce à lui une visite au département des peintures hollandaises du Louvre pourra même intéresser les enfants.

A noter...

"La Nature et ses symboles"
De Lucia Impelluso
Traduit par
Dominique Férault
Hazan, collection Dictionnaires usuels
Paru en 2004
382 pages
27 euros
Lien Amazon

A voir aussi sur CultureCie...

La rubrique "Beaux livres & beaux arts"

La rubrique "Expositions"

  kay_sage.jpg2843235316.jpg
undefinedundefined2843234344.jpgjudith_wolfe.jpg

Repost 0
Published by Isabelle Baron - dans Histoire
commenter cet article
22 août 2007 3 22 /08 /août /2007 00:17
--crivains-france.jpg
100 portraits vivants de ceux qui ont fait notre littérature, des origines à nos jours, dans tous les courants.


Vous voulez tout savoir des déboires amoureux de Proust, connaître de plus près le mouvement surréaliste, ou simplement avoir un panorama des plus grands auteurs français ? "Les Ecrivains qui ont fait la France" présente des biographies détaillées des plus grands auteurs français, le tout avec une approche simple et efficace. Un petit cadeau idéal et pas cher !

A noter...

Ces écrivains qui ont fait la France
Albine Novarino
Parution : 08/2007
Editions Marabout
Collection Histoire
Prix : 3,90 euros

A lire aussi sur CultureCie...

noiret.jpgla-femme-en-vert-d-Arnaldur-Indridason.jpg2070783111_01__aa240_sclzzzzzzz_v49025450_.jpgcopie_de_maria.jpg
Repost 0
Published by Axelle Emden - dans Histoire
commenter cet article
26 février 2007 1 26 /02 /février /2007 20:14


Frédérique Chevillot et Anna Norris, de nationalité française et américaine, enseignent la littérature francophone dans des universités américaines. Elles ont sollicité une quinzaine d'universitaires francophones du monde entier afin d'étudier les liens entre des personnalités féminines de la littérature française et la guerre au XXème siècle. De la Première Guerre mondiale à la guerre du Liban en passant par la Seconde Guerre mondiale, la guerre d'Indochine, celle d'Algérie, les femmes les plus illustres reviennent sur ces épisodes historiques. Clara Malraux, Assia Djebar, Marguerite Duras, Viviane Forrester, Andrée Chedid, Marguerite Yourcenar, Nina Baraoui, Colette, Chantal Chawaf et bien d'autres racontent ici leurs guerres, celles de leur espace et de leur temps. A lire...

Infos...

Editions Complicités
23 €
262 pages  

http://www.editions-complicites.com
http://www.myspace.com/editionscomplicites

Pour en savoir plus et commander cet ouvrage, cliquez ici


A lire aussi sur CultureCie...

pandoralapremierefemme.jpg207011760x.01.jpg2080677306.08.jpgchroniques.jpghistoirefemmesoccide.jpgfemmesplat.jpg

Repost 0
Published by Axelle Emden - dans Histoire
commenter cet article
8 janvier 2007 1 08 /01 /janvier /2007 14:05


« Che Guevara, l’autre vérité ». C’est le titre qu’a choisi le magazine Historia pour son dossier mensuel consacré au révolutionnaire argentino-cubain. On y découvre la face cachée du héros romantique tué d’une rafale de mitraillette le 9 octobre 1967 par un sergent bolivien.

Le dossier revient d’abord sur des éléments généralement peu connus de la vie de Guevara : ses origines bourgeoises, son asthme chronique, la médecine comme première vocation… Mais Historia s’attarde davantage sur des aspects presque entièrement occultés de l’action de celui qui, par excellence, a incarné la figure du rebelle en politique.

Diplomate déplorable, piètre ministre et guérilléro pathétique, Ernesto Guevara de la Serna a également été l’exécutant soumis des basses œuvres de la justice castriste. Dans les premiers mois qui suivirent le renversement de Batista, il s’est retrouvé à la tête d’un département militaire. Au terme de procès expéditifs qui sont à la justice ce que la démocratie populaire est à la démocratie, il n’a pas hésité à envoyer au peloton d’exécution plusieurs dizaines de partisans de l’ancien régime, parmi lesquels, parfois, de simples pékins arrêtés sur dénonciation et n’ayant jamais servi la dictature. Pour autant, le Che apparaît davantage comme un Saint Just tropical – ce qui ne le dédouane nullement de ses responsabilités – que comme le tortionnaire sanguinaire que suggère le surnom de carnicerito (« le petit boucher ») qui lui avait été donné alors.

C’est à une saine œuvre de démythification que se livre ici Historia. On saluera donc la tentative de déboulonner la statue de son socle, encore que, en l’espèce, il s’agira surtout de  froisser l’icône qui orne encore des millions de tee-shirts, briquets et autres produits dérivés, tous ces objets dont les ventes, ironie du sort, continuent d’alimenter ce capitalisme que Guevara abhorrait tant. Pour preuve, son ultime message, daté d’avril 1967, qui pourrait en faire réfléchir plus d’un : « Il faut mener la guerre jusqu’où l’ennemi la mène : chez lui, dans ses lieux d’amusement ; il faut la faire totalement ».

A noter...

« Che Guevara, l’autre vérité », Historia mensuel, n° 720, décembre 2006.

 

A lire aussi sur CultureCie...

castro-rafy.jpgouest-contre-ouest-glucksmann.jpgchroniques.jpgface____l__ins__curit___de_didier_peyrat.jpg3908247667.01.jpg

Repost 0
Published by Rudy Reichstadt - dans Histoire
commenter cet article
1 décembre 2006 5 01 /12 /décembre /2006 22:55


Rares sont les historiens de l’art qui se sont frottés à ce genre de chronologies féminines. Simona Bartolena nous propose une histoire de la peinture au féminin qui, une fois de plus, souligne la difficulté que les femmes ont eu pour avoir accès aux arts. Une histoire intéressante, qui ravira les âmes curieuses.

La presse en a parlé...

Le Monde des livres - Geneviève Breerette (5 Décembre 2003)
Simona Bartolena ne s'en sort pas si mal. Son livre nous apprend beaucoup de choses sur les conditions dans lesquelles ont pu oeuvrer les femmes artistes de jadis, qui étaient plus nombreuses qu'on croit, malgré les interdits de toutes sortes qui ont perduré jusqu'au XIXe siècle.

Informations...

Date de publication : 9/10/2003
Editeur : Gallimard
Pages : 304
Prix : 59 Euros

 


A lire aussi sur CultureCie...

kay_sage.jpg2843235316.jpg

Repost 0
Published by Axelle Emden pour Evene.fr - dans Histoire
commenter cet article
25 octobre 2006 3 25 /10 /octobre /2006 00:32

castro-rafy.jpg
Serge Raffy signe une biographie de Castro qui sort des sentiers battus. Sans concession, le journaliste s’est jeté à corps perdu dans une enquête qui a le mérite de ne pas mâcher ses mots. En professionnel de l’investigation, l’auteur a fouillé les archives et a bousculé l’histoire comme la légende pour nous livrer une foule de nouvelles informations. Une initiative difficile au résultat inattendu.


La Presse en a parlé...


"C'est une biographie saisissante de Fidel Castro que vient d'écrire Serge Raffy... Personne n'avait tenté avec autant de force et de travail de rendre compte du destin du maître des illusions perdues qu'est le leader cubain." L'Express, Michel Faure (13/10/2003)


"Une biographie flamboyante (...) du journaliste d’investigation Serge Raffy arrive à point nommé pour revisiter la légende." Le Nouvel Observateur, Catherine David (13/10/2003)


A lire aussi sur CultureCie...

 

2738115721.08.jpgnouvelle_image.jpg

des_femmes___crivent_la_guerre___ditions_complicit__s.jpgurgence_darfour.jpg

arendt.jpg

9782234055520.jpg

 

 

Repost 0
Published by Axelle Emden - dans Histoire
commenter cet article
10 octobre 2006 2 10 /10 /octobre /2006 00:06








Projet démesuré que de couvrir près de vingt siècles d'histoire du monde antique gréco-romain, de parcourir un espace qui va des rivages de la Méditerranée à ceux des mers du Nord, des colonnes d'Héraclès aux rives de l'Indus, de se plonger dans des documents aussi divers que les tombes d'une nécropole, la stèle inscrite plaquée aux murs du sanctuaire, le rouleau de papyrus, la scène peinte sur la panse d'un vase...

A lire aussi sur CultureCie...

pandoralapremierefemme.jpg207011760x.01.jpg2080677306.08.jpgchroniques.jpgfemmesplat.jpg

Repost 0
Published by Axelle Emden pour Evene.fr - dans Histoire
commenter cet article
5 octobre 2006 4 05 /10 /octobre /2006 00:18
luba-jurgenson.jpg


Il ne s’agit pas plus ici d’un livre d’histoire que d’un recueil de témoignages. Bien plus philosophique que sociologique, le problème de Luba Jurgenson est alimenté par les écrits de Chalamov, Soljenitsyne, Primo Levi et malheureusement bien d’autres. Elle s’interroge sur la manière dont l’art contemporain a cristallisé les traits des totalitarismes du XXème siècle. Une analyse hors paire de la littérature des camps où liberté, humanité, ontologie, altérité et totalité ne cessent de se croiser.

Luba Jurgenson...

Née à Moscou en 1958, Luba Jurgenson vit à Paris depuis 1975. Elle est écrivain, traductrice et maître de conférences en littérature russe à l'université Paris-IV Sorbonne.

La presse en a parlé...

"Il faut lire l'essai exemplaire de conscience et de clarté de Luba Jurgenson.
" -
Le Monde des livres - Patrick Kéchichian (10 Octobre 2003)

 

La philo sur CultureCie...

 


9782226134851.jpg

2738115721.08.jpg2070720896.08.jpg2864322897.08.jpg

 

 

 

 

 

Culture & judaïsme sur CultureCie...

recits-de-kolyma-par-varlam-chamalov.jpg

nouvelle_image.pngbarrot2.jpg

imagess.jpgdora.jpgimagesdiaspora.jpg

 


 




Repost 0
Published by Axelle Emden pour Evene.fr - dans Histoire
commenter cet article
25 septembre 2006 1 25 /09 /septembre /2006 03:48


"L'histoire que je vais vous raconter est assez drôle, un peu baroque."


Tiré d'une conférence donnée à la Bibliothèque Nationale de France en juin 2005 par l'un des meilleurs spécialistes des mythes grecs, ce petit livre est un délice. Les bons professeurs savent incontestablement se mettre à la portée du grand public. Vernant est célèbre pour ses compétences sur la Grèce antique, qui l'ont d'ailleurs conduit tout droit au Collège de France. L'ensemble de ses travaux est particulièrement accessible, mais avec ce retour sur le mythe de la première femme, ce n'est pas à des élèves ou des chercheurs qu'il s'adresse, mais tout simplement à des auditeurs ou des lecteurs qui voudront bien consacrer une heure à l'explicitation d'une histoire.

Un mythe parmi d'autres? Oui, car "comme beaucoup de mythes grecs, on s'aperçoit qu'il y a, à travers l'intrigue, sans avoir l'air de rien, une forme de sagesse, une forme de réflexion sur ce que nous sommes, sur la condition humaine." Un mythe parmi d'autres car la question particulière qu'il pose est, comme si souvent dans la mythologie grecque, une question aussi cruciale qu'éternelle: "Cette question, "pourquoi deux sexes?", est fondamentale parce qu'on ne peut comprendre ce qu'est l'homme tant qu'on n'a pas élucidé les questions d'une sexualité double. Ni comprendre ce qu'est le monde, ni désigner par la parole chaque réalité de ce monde." Est-ce que le livre répond à la question? En moins de cent pages, c'eût été un peu ambitieux, et ce n'est pas l'ambition du philosophe historien.

Facile à lire, simple et court, le livre raconte posément la première femme, qui fut écrite par Hésiode: Pandora. Ce qu'il en dit? C'est au lecteur d'en décider, Jean-Pierre Vernant ne fait ici que rapporter un texte, une légende, un écrit. Ce que nous en retenons? Que Pandora, avant d'avoir été explicitée par Vernant, a été écrite par un homme. Elle est la divine séductrice inventée par les Dieux, qui se vengent d'un humain trop malin. Cet homme qui a tenté de les avoir, c’est Prométhée, défini par Vernant comme « le soixante-huitard de l’Olympe, qui (…) va essayer de berner Zeus en faveur des hommes. » Pour définitivement punir les hommes d’une ruse que vous découvrirez en lisant le livre, Zeus va créer cette éternelle tentatrice que les religions ont inlassablement réinventée à l'image de celle que lui avait donnée les Anciens. « Elle rayonne de charis. Le charme, la beauté, la séduction. » Mais la belle cache derrière cette apparente perfection une « âme de voleuse ». Comme il serait simple de rendre responsable l'un des deux sexes de cette complexité à laquelle l'humanité doit fatalement faire face: être âme et corps, esprit et incarnation, souci du pain et souci du divin.

Un livre d'actualité. Non pas seulement parce que Jean-Pierre Vernant nous a quittés il y a peu, et que cette édition restitue l'une de ces dernières conférences, non. Un livre actuel tout simplement parce qu'il est toujours bon de se rappeler que les mythes grecs n'ont ni temps ni contexte... Platon y fait souvent appel, comme on consulterait un dictionnaire quand nous n'avons plus de mots: aux questions les plus cruciales, il ne répondait pas toujours par l'argument. Aux interrogations déconcertantes, il répondait par la mythologie grecque comme on ruserait en invoquant les Dieux. Ce qui nous vient à l'esprit en lisant ce livre, comme en lisant du Levinas ou du Huntington, mais pour des raisons bien différentes, c'est tout simplement ceci: rappelons-nous combien les dieux ont influencé Platon, rappelons-nous combien la culture judéo-chrétienne est teintée de platonisme et... Remettons un peu en question notre idée du monde, comme notre définition de l'Occident!

Donner à un sexe ou une couleur de peau la charge de porter le mal, c'est aussi incroyable que de nier l'existence d'un autre sexe ou d'une autre couleur de peau. Pourtant nos cultures, définies comme occidentales ou non, ont fait l’un et l’autre. On peut dessiner un sexe féminin à côté d’un sexe masculin, il y aura toujours des hommes et des femmes pour soutenir qu’il n’y a pas de sexes, pas de différences. Et il y aura toujours des hommes et des femmes pour interpréter ces différences évidentes en termes de supériorité. Donner à un sexe ou une couleur de peau la charge de porter la dualité du bien et du mal, la dualité de l'âme et du corps, c'est présupposer que l'humanité est scindée. C'est présupposer que l'humanité est tiraillée entre le féminin et le masculin, la tentation et la raison, la vie et l'éternel. Mais vous qui lisez mes lignes en ce moment même, n'êtes vous pas à la fois doté d'un cerveau vous permettant de les comprendre, et d'une paire d'yeux vous permettant de les voir? C'est curieux, j'ai l'impression que la même personne pense et écrit ce que je dis là...

C’est cela que ce livre donne à penser. Repenser notre histoire, nos sexes, nos origines. Et les dieux sur lesquels ces histoires ont été bâties. L’occasion de nous reposer la question du vrai et du faux, du vu et du raconté, de l’évident et du caché. Ce « hiatus entre l’apparence, l’apparaître et la réalité. » L’occasion, comme l’essence de la philosophie le demande, de questionner la question. Et peut-être la plus cruciale, puisqu’il s’agit avant tout de la naissance, de la différence entre l’homme et le dieu, de l’ambiguïté d’une figure divine enfermant en elle tous les paradoxes humains. En un mot, « dans cette narration compliquée, amusante je crois, on voit qu’il peut y avoir dans un récit mythique, par-delà le divertissement, un problème affronté sans jamais être explicitement posé : Nous les hommes, qui sommes-nous ? Et pourquoi ne peut-on pas être des hommes s’il n’y a pas aussi des femmes avec nous ? »

A noter...

Sortie: septembre 2006
Aux Editions Bayard
7,90 euros

Voir aussi sur CultureCie...

 

2738115721.08.jpg2070720896.08.jpg2864322897.08.jpg2070204197.08.jpg9782234055520.jpgarendt.jpg
Repost 0
Published by Axelle Emden - dans Histoire
commenter cet article
20 septembre 2006 3 20 /09 /septembre /2006 17:33
9782234055520.jpg

"Il y a lieu de se demander si l'exercice de la politique est encore possible."

Philosophe intriguant, Gauchet revient sur son oeuvre et son parcours original dans ces entretiens avec François Azouvi et Sylvain Piron. Psychiatrie et psychanalyse, histoire, philosophie, interrogations sur l’histoire religieuse et ses rapports avec le politique, cette oeuvre à l’apparence disparate se révèle ici d’une grande cohérence : l’avenir des démocraties libérales ne va pas sans un questionnement anthropologique et, de manière générale, Gauchet est avant tout un penseur de son temps.

Extraits...

"Rançon du présent, justement, j’ai élargi le spectre des questions par rapport aux glorieux ancêtres que j’évoquais, en y intégrant la « psychologie », pour faire simple - l’histoire du sujet, pour être plus exact. Mais là aussi, je n’ai fait que pratiquer tout haut ce qui est tacitement admis tout bas. Un sociologue qui ne se poserait à aucun moment la question de savoir ce qui se passe dans la tête des individus singuliers qu’il appréhende comme acteurs sociaux, c’est-à-dire de l’extérieur et en masse, serait un étrange sociologue. Il est vrai que l’espèce n’en est pas dépourvue... Mais les plus grands n’ont pas manqué d’être attentifs aux expériences subjectives et au travail des esprits de leur temps. Comment comprendre, par exemple, le travail de Durkheim, si on ne voit à quel point il est nourri de la connaissance de la psychologie et de la psychopathologie de son époque? Je reconnais pleinement la légitimité disciplinaire (...). Mais il ne faut pas ériger les frontières disciplinaires; les disciplines cordes exigences méthodologiques distinctes sont en aucune façon des essences."

La presse en parle...

"Son analyse bénéficie dans ‘La Condition historique’ d’un nouvel éclairage qui lui donne une force particulière." Les Echos - Jean Dubois - Octobre 2003

 

Voir aussi sur CultureCie...

"La Religion dans la démocratie", de Marcel Gauchet, dans "Philosophie".

 

La philo sur CultureCie...


9782070327607.jpg9782226134851.jpg

2738115721.08.jpg2070720896.08.jpg2864322897.08.jpg

 

 

 

 

  

Rédigé pour Evene.fr

Repost 0
Published by Axelle Emden - dans Histoire
commenter cet article