Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CULTURE & CIE

lire      écouter  voir  sortir   personnalités           films      expos  musique    news art    romans    concerts     ...

Rechercher

CULTURE CIE & VOUS

PARTENAIRES

12 septembre 2007 3 12 /09 /septembre /2007 09:30

















Quelques jours avant la sortie de l'album "Fraise Vanille", dans lequel Helena Noguerra reprend les classiques de Serge Rezvani, la belle et l'auteur compositeur du "Tourbillon de la vie"  sont en concert, jusqu'au 15 septembre au théâtre du Rond Point à Paris. La "première première" du mardi 11 septembre était fraîche et séduisante, mais vraiment expérimentale.


On aurait aimé pouvoir n'en dire que du bien: Noguerra et Rezvani ne se prennent pas au sérieux, ils nous offrent un pur moment de fraîcheur, la complicité est là, c'est sûr, mais malheureusement le professionnalisme n'est pas toujours au rendez-vous. La plupart des chansons de Rezvani sont un délice, tour à tour drôles et nostalgiques, elles sont remises au goût du jour par la très séduisante Helena, que l'on regarde sautiller, danser, minauder, sourire et gesticuler avec un grand plaisir. Elle, est tour à tour femme enfant, femme sexy, coquine, amusante, hyptonisante et déroutante. Helena a un timbre, elle habite les chansons de son enfance en prenant beaucoup de plaisir à les jouer et ça se sent.

Rezvani nous le dit: il n'est pas guitariste, il se sert juste de l'instrument pour composer, il faut que nous soyons indulgents. Nous savons l'être. Nous le sommes pour quelques fausses notes, puisque ce peintre auteur compositeur s'aventure pour la première fois à se faire interprète de ses chansons. Mais les trous de mémoires de l'un, et de l'autre, qui ont recours à leurs bouts de papier pour ne pas se tromper de paroles, ajoutés à la touchante gêne d'Helena qui nous fait part de sa distraction... ça casse un peu le côté séduisant de ces dilettantes, on n'oublie pas qu'ils ne se prennent pas au sérieux, mais on remarque un peu trop qu'ils ne sont pas très sérieux. Oui, on est indulgent, on vous encourage, on applaudit, on soutient, on vous laisse même recommencer au début, et puis on vous souffle aussi l'interprète originale de l'une des chansons que vous présentez. Oui, on est indulgent, on sait que vous avez d'autres métiers, tous les deux, mais ce soir vous êtes sur scène pour chanter, et on est venu vous voir.

Rezvani avait déjà chanté ses chansons, mais dans l'intimité seulement. Ce soir, le public ne se limite pas à ses amis François Truffaut et Jeanne Moreau, peut-être qu'il est un peu plus exigeant, et vos trous de mémoire nous tirent soudain d'un bon moment. Car oui, quand personne n'a la mémoire qui flanche, quand on ne nous parle pas de la régie, oui, ça fonctionne, et on passe un bon moment. On a aimé l'énergie d'Helena, on a aimé que Rezvani se fasse interprète aussi, car il sait jouer avec l'humour en chanson. On a aimé l'inédit de l'album, le titre "Caresse-moi", spécialement écrit par Serge pour Helena. On a aimé les anecdotes de Rezvani sur Godard, on a aimé l'ambiance sur scène aussi, la simplicité, l'intimité, l'échange complice. Mais on a été déçu. Déçu par l'autre titre inédit, écrit à la mémoire de Truffaut, déçu par des interprétations un peu bancales qui auraient sans doute mérité plus de préparation. Car du talent, vous en avez, et l'un et l'autre, même si la voix a parfois du mal à sortir, les talents sont évidents. Les flemmes aussi. Alors au final, c'est une prestation inégale, très inégale. Inégale dans la justesse, inégale dans la fluidité des duos, inégale, surtout, dans l'envol d'un public, d'une scène, d'une... chanson.

Voir aussi sur CultureCie...

L'album "Fraise Vanille"

Les mots d'Helena Noguerra et Serge Rezvani



Voir aussi sur CultureCie...

copie_de_vanessa_divine_idylle.jpg

nouvelles_vagues_traffic_quintet.jpg

David-Gilmour-2007.jpg

SIGURROS.jpg




Partager cet article

Repost 0
Published by Axelle Emden - dans Concerts
commenter cet article

commentaires