Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CULTURE & CIE

lire      écouter  voir  sortir   personnalités           films      expos  musique    news art    romans    concerts     ...

Rechercher

CULTURE CIE & VOUS

PARTENAIRES

11 septembre 2007 2 11 /09 /septembre /2007 00:06

Véritable révélation allemande, le succès de Christina Klein, alias LaFee, a vite fait de traverser les frontières de son pays natal. Elle arrive en France avec "Heul Doch" ("Oui pleure"), son premier single, avant un concert le 16 septembre à la Boule Noire. On n'est pas fan, mais force est de reconnaître le phénomène. Débuts de carrière d'une enfant précoce.

Rêves et gloire...

Il y a un an et demi, Christina Klein n’était qu’une adolescente de quinze ans avec un rêve. Le jour, elle allait à l’école et, en fin d’après-midi, elle dansait devant la glace avec ses copines et chantait à gorge déployée. "Je n’ai jamais voulu faire autre chose, se souvient Christina. J’ai toujours souhaité être chanteuse." Avec l’aide de sa mère, alors qu'elle n'a pas encore dix ans, elle envoie des vidéos à trois émissions de télévision. Les trois l’ont invitée.

Quatre ans plus tard, le producteur Bob Arnz la voit sur scène et saisit aussitôt l’ampleur de son incroyable potentiel. Le reste est déjà de l’histoire. Aujourd’hui, Christina Klein n'est plus une inconnue: nombreux sont ceux qui la connaissent sous le nom de LaFee, chanteuse la plus populaire de son pays, l'Allemagne. Son premier album, "LaFee", s'est vite imposé en tête des charts et s’est écoulé à plus de 300 000 exemplaires à ce jour... disque de platine donc, pour cette jeune fille qui n'est pas encore majeure. Et la popularité de LaFee ne s’arrête pas aux frontières allemandes: en Autriche, son premier album a également été certifié trois fois disque d’or et elle est sur le point d’en obtenir un autre, en Suisse. Tous territoires confondus, "LaFee" s’est vendu à plus de 400 000 exemplaires.

Partout où LaFee apparaît, c’est la folie: son site Internet est visité plus de 20 000 fois par jour; elle a déjà tourné deux fois en Allemagne, fait neuf fois la couverture de "Bravo", et a reçu deux récompenses décernées par le magazine, ainsi que deux Echo Awards... un début de carrière féerique !

Trève d'un soir...


A partir de la fin décembre 2006, LaFee a disparu des yeux du public pour quelques semaines : "J’ai eu besoin d’un peu de temps pour faire le point, dit-elle aujourd’hui. Il a aussi fallu que je prépare mes examens de fin d’études." Chanter le soir du réveillon, pour un million de personnes devant la porte de Brandebourg à Berlin, tout en révisant pour une épreuve de maths programmée quelques jours plus tard... ça n’a pas été évident. Mais LaFee a su gérer ces deux événements, puis est vite retournée en studio avec Bob Arnz, début février.

Le résultat est publié en Allemagne le 6 juillet 2007. "Jetzt Erst Recht" ("Maintenant Plus Que Jamais"), son deuxième album, regorge de tubes... commerciaux: chansons pop teintées de rock attestent de son évolution musicale. "Cet album, c'est vraiment moi", confie l'artiste aussi prometteuse que cabocharde.

Le titre "Jetzt Erst Recht" est un manifeste pour l’album : "Il s’adresse à tous ceux qui n’ont jamais cru en moi en tant que chanteuse." La chanson qui donne son titre à l’album, avec ses guitares puissantes et sa mélodie qui reste, a des airs de revanche…

"Heul Doch" ("Oui, pleure") est le premier single extrait du nouvel album. Le clip a été tourné en partie sous l’eau, la chanson sera sûrement un tube, tout comme "Beweg Deinen Arsch" ("Bouge Tes Fesses"), titre pour lequel LaFee et son producteur ont décidé de mélanger des guitares à la Rammstein avec des beats hip-hop. Le résultat est "la chanson dance la plus incroyable de l’année" si vous êtes fan de Britney Spears. Autrement... C'est du déjà entendu, à défaut d'être déjà vu - je n'ai pas le souvenir d'avoir déjà vu un clip filmé sous l'eau.

Autre tube potentiel pour les amateurs de soupe, "Für Dich" ("Pour Toi"): une chanson rock douce-amère dans le plus pur style de LaFee où sa voix étonnante se mêle avec ironie à une tendresse un peu cruelle et... vide.

Fée diverse...


Il faut dire ce qui est. LaFee a l'air de nous narguer, avec ses jolis yeux et sa tête à claques au regard insolent. Un air prétentieux, des paupières ultramaquillées, un petit côté teenager très sage qui flirte avec le gothique... on n'aime pas tellement cette image, ça ne nous inspire pas de sympathie mais, refusant le délit de sale gueule comme le délit de belle gueule, on s'est raisonné: après tout LaFee fait de la musique, ne soyons pas victimes du marketing, et osons écouter. On a écouté: ça nous a fait mal aux oreilles. Reste que les thèmes et les paroles ont retenu notre attention.


Sur ce deuxième album, on sent que la demoiselle a pris de l'assurance et un peu de bouteille. Une voix plus sûre, qui ose chanter plus fort tout en proposant davantage de nuances et de feeling, comme en atteste "Wer Bin Ich" ("Qui Suis-Je"), titre fort de l’album que LaFee affectionne tout particulièrement et qui ne cache pas sa vulnérabilité. "Je n’ai jamais chanté avec autant de feeling, concède-t-elle. Lorsque j’entends cette chanson, elle me donne la chair de poule."

Naturellement, LaFee tend de plus en plus à penser à la sexualité, et oui, à seize ou dix-sept ans, quoi de plus normal ? Ainsi "Küss Mich" ("Embrasse-Moi") risque-t-elle de créer la polémique à cause de ses paroles un peu trop explicites. Une jeune fille de seize ans est-elle autorisée à chanter des choses comme ça ? "Bien sûr, affirme-t-elle. Je peux chanter à propos de tout ce que je veux." On n'est artiste où on ne l'est pas, besoin, envie et liberté d'expression obligent.

LaFee n’est pas du genre à s’interdire quoi que ce soit. Comme dans son premier album, elle traite ici de sujets que certains évitent : la boulimie dans "Du Bist Schön" ("Tu Es Belle"), ou le suicide dans "Zusammen" ("Ensemble"). Quoi de plus banal à cet âge tardif de l'adolescence où l'on flirte avec avec la vie et la mort ? Un mal-être pas toujours malhabile: Jeanne Cherhal et Olivia Ruiz ont très bien abordé la boulimie en chanson en France, quant au suicide, si "Virgin Suicides" de Copola ou "Hell" de Lolita Pille témoignent de l'éternelle fascination que la mort peut exercer sur les ados, point n'est besoin d'avoir seize ou dix-sept ans pour penser à "la fin". Mourir... C'est un peu comme la solitude: Barbara, Sanson, Berger, Julie Zenatti, AaRON, Raphaël, Hallyday... tout le monde y pense ! Et on pourrait citer toute la littérature !

Mais LaFee n’aborde pas uniquement des sujets graves : "Heiß" ("Brûlant") est une chanson aussi rock que festive qui n'a pas fini de faire danser les fans.

Avec "Jetzt Erst Recht", LaFee aborde également les paradoxes de la gloire. Dans "Der Regen Fällt" ("La Pluie Tombe"), elle évoque le fait de devenir subitement numéro 1 : "La chanson met en exergue le fait que le succès peut vous isoler, dit-elle. Parfois, je suis assise dans ma chambre d’hôtel, en tournée, et je me demande ce que je fais là." Pas encore dix-sept ans mais déjà des choses à dire et, du haut de cette courte vie, déjà pas mal de nostalgie... Un côté obscur qui ne se laisse pas enfermer dans la solitude d'une chanteuse abandonnée: on n'aime ni le son ni le style, mais on en est sûr, le succès français ne saurait tarder...

A noter ?


Dédicace le 17 septembre au Megastore des Grands Boulevards à 18 heures.
En concert le 16 septembre à la Boule Noire à 18 heures.

"Jetzt Erst Recht" sort sous deux pochettes différentes, en adéquation avec le concept de conte de fée développé autour de LaFee. Une version est réservée à la "bonne" LaFee (blanche), et l’autre à la "mauvaise" (sombre). A chaque fan de décider quelle LaFee il préfère.
"Jetzt Erst Recht", proposé au format Open Disc, permettra d’accéder à du matériel bonus une fois inséré dans un ordinateur connecté à Internet.

Le clip est en ligne ici

http://www.lafee.fr

Petits & grands sur CultureCie...

undefinedV5073-Pierre-et-le-loup.jpg9782501041041-vjournalbebemarabout.jpgjeune-maman.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Axelle Emden - dans Jeunesse
commenter cet article

commentaires