Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CULTURE & CIE

lire      écouter  voir  sortir   personnalités           films      expos  musique    news art    romans    concerts     ...

Rechercher

CULTURE CIE & VOUS

PARTENAIRES

5 septembre 2007 3 05 /09 /septembre /2007 03:15


Faut-il parler d'un livre auquel on a contribué ? Sûrement pas: connivence des médias et des pouvoirs, on pourrait crier "au loup": les chiens de garde sont là. Et pourtant... on assume ! Etre journaliste et auteur, c'est pareil. Choisir de parler d'un livre qu'on a aimé, ou choisir de contribuer à un projet qui nous tient à coeur... c'est pareil. J'aurais parlé de ce livre sans y avoir contribué. Pourquoi devrais-je me priver d'en parler parce que j'ai signé un texte ? Alors voilà: le 16 septembre 1977, Maria Callas nous quittait. Trente ans déjà que la divine nous manque. YB Edition rend hommage à la "prima donna" à travers les images d'une vie hors du commun.


Maria Callas. "La" Callas. La Voix. La Grecque. La Divine. Elle a révolutionné l'opéra en remettant à la mode un art qu'elle disait "mort", elle a défrayé la chronique avec des caprices de stars souvent inventés, elle a fasciné le monde entier, à la ville comme à la scène, entourée des décors de Visconti à l'opéra ou du bras d'Onassis sur le Christina...

Nous pourrions vous parler de son enfance, de la guerre, d'une mère qui attendait un fils, et qui venait d'en perdre un. Nous pourrions vous parler de son premier mari et manager, Battista, qui l'a volée jusqu'après sa mort. Nous pourrions vous parler de sa solitude, la solitude dans la carrière, la solitude dans le chant, la solitude de l'amour aussi, car Aristote Onassis a été l'unique amour de sa vie, et Aristote Onassis n'a jamais été à elle, puisqu'il ne l'a jamais épousée, et puisqu'il a préféré se marier à la veuve de John Fitzgerald Kennedy. Maria Callas est une femme seule. Dans sa vie, il y a eu des chefs d'orchestres et des professeurs de chant, Serafin, Hidalgo, puis il y a eu deux domestiques, toujours fidèles, jusqu'au dernier souffle. Il y a eu aussi beaucoup d'opportunistes et de voleurs, de menteurs et de menteuses... évidemment. Mais peu importe après tout les fantômes et les passants: sa vie, c'est la scène. L'opéra. L'art dramatique. Le contact avec un public. Nous ne vous parlerons pas de sa vie, nous voulons juste vous parler d'un livre.

maria-callas-yb-eitions.jpg Sur La Callas, la littérature française est décevante. Il y a le Chapsal, très bien écrit et trop court, il y a des biographies "qui valent ce qu'elles valent", et il y a ses cours de chant, retranscrits par John Ardouin, un vrai fidèle. Un beau livre n'a rien à voir avec de la littérature. Le seul point commun, c'est l'hommage. Et "Maria Callas, les images d'une vie" est l'un des plus beaux hommages que l'on ait fait à la Prima Donna.

Premier ouvrage photo à couvrir l'ensemble de sa vie, le livre comprend 160 photos, dont plus de la moitié sont inédites: c'était déjà le propre de PHYB Edition, les inédits. Rebaptisée YB Editions, la maison n'a pas changé. Il y a toujours cet amour de la photo, cette curiosité pour un être, pour l'histoire, cette volonté d'exactitude, ce souci de l'esthétique... dans la qualité de la maquette et jusqu'au bout des grammes de papier, on n'est pas déçu. Un livre de photo, c'est un "coffee table book" mais ça peut aussi être un livre d'histoire, à condition qu'on soit perfectionniste. Un livre actuel. Alors on fouille, on y passe du temps, comme les enquêteurs et les historiens, et on finit par trouver des trésors. Et pas n'importe lesquels: l'éditeur est allé fouiller dans les fonds d'archives, dans les agences photos bien sûr mais aussi chez EMI Classics, qui a collaboré avec plaisir, tout comme le Maria Callas International Club, qui réunit les plus grands spécialistes de La Callas... Comme d'habitude, le résultat est réussi.

Maria Callas se révèle sublime et fascinante, aussi fragile à la ville qu'elle est solide à la scène, aussi belle au naturel qu'étrange sous ses maquillages. En Norma, en Médée, en somnambule, en Italie, en Grèce, en France, aux Etats-Unis: la vie de la Callas est un tour du monde. Catherine Clément a raison: "chanter l'opéra, c'est vouloir mourir". C'est sans doute pour cela que les images de cette vie là nous laissent sur un enchantement amer: la Divine n'a pas seulement disparu à la scène. Sa présence nous transportait, sa voix nous trouble encore. Désormais, ces images nous permettront de la retrouver: sous un autre jour.

La presse en parle...

"Des intégrales, des anthologies, des rétrospectives... Les hommages à la Callas ne cessent de pleuvoir. Et le monde du livre n’est évidemment pas en reste. Si la vie tumultueuse de la grande diva a inspiré de nombreuses biographies, la Callas a aussi marqué les esprits de par son allure altière, son port de tête fier, son regard envoûtant. Provocatrice, Callas était une femme d’images. Celles de ses personnages de passion qu’elle a su incarner mieux que toute autre. Celles des journaux et des scandales qui lui étaient souvent injustement rattachés. ‘Maria Callas, les images d’une vie’ édité par Yann-Brice Dherbier et ‘Maria Callas’ de Henry-Jean Servat chez Albin Michel ont compilé un certain nombre de ces images pour nous emmener sur les traces de cette “créature du destin” hors du commun. Son enfance “inexistante”, ses amours, sa passion pour Aristote Onassis, son ascension fulgurante et ses succès à travers le monde. Au travail en séance d’enregistrement ou dans son intimité, auprès de ceux qui lui étaient proches. Les deux ouvrages présentent ainsi une très belle collection de photographies rares auxquelles ont été associées certaines de ses pensées et de ses aveux les plus personnels. Sur son rapport à la musique et à l’art lyrique. Sur ses joies et ses amours. Ses doutes et ses colères. Ses regrets et ses certitudes. Des citations de la diva que Henry-Jean Servat, pour sa part, a souhaité ponctuer de certains traits d’esprit de ceux qui l’ont côtoyée. Luciano Visconti, Battista Meneghini, Elsa Maxwell… Pour autant, on lui préférera l’ouvrage édité par Yann-Brice Dherbier dont la mise en page plus soignée donne la part belle à des clichés davantage mis en valeur, entre lesquels se sont immiscés quelques documents inédits (affiche, programme, lettre), nous immergeant encore un peu plus dans l’univers de la célèbre cantatrice."
etoile-rg4.gifmaria-callas-les-images.jpgLa critique evene.fr par Mathieu Menossi

Sélectionné par Arte: "à lire".


""Les images d'une vie" éditées par Yann-Brice Dherbier, raviront les amateurs de clichés rares. Planches contacts émouvantes (les séances d'enregistrement de la Lucia en 1959), portraits posés ou volés, à la ville ou à la scène, en studio ou en villégiature (ah ce gros plan d'Anna Bolena dans les coulisses de la Scala de Milan, ou ce rarissime cliché pris des gradins du Théâtre Hérode Atticus le 5 août 1957, lors du fameux concert qui marquait le retour de l'enfant du pays), le tout très joliment mis en page, est à se procurer d'urgence : on regrettera tout de même le nombre important d'erreurs relevées dans les légendes (trop de dates, de lieux et de noms erronés), qui auraient pu être évitées...Michel Glotz n'est pas Franco Zeffirelli (page 161) et Carmen ne date pas de 1961, mais de juillet 1964 ; page 101, il ne s'agit pas de Paris, mais de Carnegie Hall, soir du Pirate en concert le 27 janvier 1959 ; page 116 cette séance de photos ne peut dater de 1960 puisque Callas avait les cheveux courts depuis octobre 1959."
François Lesueur pour Forumopera.com


«Lorsque la musique n'apaise pas l'oreille, le coeur et les sens, elle n'a pas atteint son objectif.» Ainsi parlait de son art Maria Callas, dont on fête ce vendredi le 30e anniversaire de la disparition. À cette occasion est publié Maria Callas, les images d'une vie, premier ouvrage photo à couvrir l'ensemble de la vie et de la carrière de celle dont plusieurs s'accordent à dire qu'elle fût la plus belle voix du XXe siècle. Ce livre-hommage contient 160 photos, la plupart en grand format, dont plus de la moitié sont inédites. On peut ainsi voir la Callas, en août 1970, tranquillement assise avec son chien sur une plage grecque de l'île de Tragonissi, alors qu'Onassis, venue la rejoindre en hélicoptère, lui donne furtivement un baiser.
L'ouvrage est également enrichi d'une biographie particulièrement exhaustive signée Axelle Emden, dans laquelle les profanes apprendront que, contrairement à une idée reçue, la petite Mary Ann (son vrai prénom), est en fait née américaine à New York, le 2 décembre 1923, et que sa naissance ne fut pas un cadeau pour sa mère Evangélia Kalogeropoulos, issue de la haute bourgeoisie grecque.
De nombreuses citations de la diva au destin hors-pair sont également répertoriées, levant souvent le voile sur une âme tourmentée. "Avec la gloire est venue la peur... J'ai honte des acclamations, cela m'intimide", confiait par exemple l'artiste disparue, estimant qu'elle "aurait pu être heureuse", mais qu'elle avait "choisi l'indépendance".

www.canoe.com

A noter...


"Maria Callas, les images d'une vie"
YB Editions
260 pages
Sortie le 3 septembre 2007
39,95 euros
Lien Amazon


Une exposition reprenant ces clichés est organisée à la Fondation Yves St.Laurent de septembre à décembre 2007.


Maria Callas sur CultureCie...

 

B000002RXS-01--AA240-SCLZZZZZZZ-.jpg

maria-callas-yb-eitions.jpg  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

PHYB & YB Editions sur CultureCie...

 

Copie-de-Communiqu-.jpg

jfk-1.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La musique classique sur CultureCie...

corpset__medefranckconroy.jpghelene.jpgV5073-Pierre-et-le-loup.jpgundefined


 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Axelle Emden - dans Beaux livres & Beaux arts
commenter cet article

commentaires