Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CULTURE & CIE

lire      écouter  voir  sortir   personnalités           films      expos  musique    news art    romans    concerts     ...

Rechercher

CULTURE CIE & VOUS

PARTENAIRES

25 août 2007 6 25 /08 /août /2007 00:00



Six ans après la sortie de "Bliss", Vanessa Paradis revient avec "Divinidylle", son nouvel album, qui sort le 3 septembre 2007 chez Barclay. Pour ce retour, elle s'est plus impliquée encore qu'à son habitude dans l'écriture et la composition de l'album. Vanessa Paradis s'est entourée de sa famille musicale et a fait appel à Matthieu Chedid pour la réalisation, Patrice Renson, Albin de la Simone, Jérôme Goldet ou encore Olivier Lude. Zoom sur un divin enfant.

De loin, très loin, à la radio, sur un écran, dans un bar… souvent là. Fantasmée et inconnue. Une voix, une image. De Joe de taxi à ses partenariats avec Lenny Kravitz ou Gainsbarre, Vanessa Paradis fascine. Et pour cause: qui peut se targuer d'avoir travaillé, si tôt, avec Etienne Roda-Gil et Langolff, Gainsbourg, Kravitz, sans parler des grands espaces intimistes de "Bliss" et d'une carrière cinématographique étonnante. Entre virages serrés et succès populaires, la belle a su prendre le courage du contre-pied.

Presque sept ans ont passé depuis son dernier album, presque une éternité. Son cinquième opus porte un joli nom inventé: "Divinidylle". Association de mots, qui dégage déjà une petite musique. Pourquoi ce titre ? "Pourquoi pas ?", répond malicieusement Vanessa.

Fidèle, elle a d'abord fait appel aux amis. Il fallait que le plaisir soit total. Travailler dur en toute confiance, avec le coeur et le talent, voilà tout. Premier associé sur la liste: Matthieu Chedid. Sur "Bliss" déjà, une belle complicité avait vu le jour sur quelques titres. Sur "Divinidylle", Matthieu est tour à tour réalisateur, compositeur mais aussi guitariste et chanteur. "On a travaillé une première soirée, en novembre 2005, pendant laquelle Matthieu a arrangé une des chansons que j’avais composées, raconte Vanessa, et il l’a sublimée. Le lendemain, on a passé une soirée en studio, Frank Monnet est venu et il a écrit deux textes en deux heures. Tout d’un coup, ce n’était pas seulement de la musique mais des chansons. C’était l’une de ces soirées magiques qui durent très tard. C’est là que j’ai dit à Matthieu qu’on allait faire le disque ensemble. Après, pendant un an et demi, j’étais surtout à Los Angeles, très occupée. La conception de cet album s’est faite dans des conditions idéales : passer dix jours à travailler et pouvoir ensuite laisser passer deux mois jusqu’à la prochaine session, ça permet un recul rare. En plus, il y avait le manque. Quand on se retrouvait, il y avait une telle énergie, une telle joie d’être ensemble !"

Ensemble, c'est-à-dire avec Matthieu Chedid mais aussi le groupe : Patrice Renson à la batterie, Jérôme Goldet à la basse et Albin de la Simone aux claviers. L’enregistrement a lieu essentiellement au studio Labo M, à Paris. "Au départ, il y a eu beaucoup de lâcher prise dans tous les domaines. On a essayé beaucoup de choses. L’avantage de travailler avec des gens que l’on connaît depuis longtemps, c’est qu’on n’était ni timide, ni impressionné. On s’est tout dit, on n’a pas tout essayé mais presque. On était tous là vraiment au service de la musique. Tout le monde." La fameuse philosophie du "lâcher prise", si chère à Matthieu: l’instinct prime. On se lâche entre amis puis vient le temps de la réflexion. Production, mixage. Au final, quinze morceaux voient le jour, l’album en retiendra onze.

Onze petites histoires qui voient loin. En français dans le texte. Côté instruments, c’est autre chose. On a traversé la Manche et l’Atlantique, mais sans quitter la capitale.

La voix de Vanessa Paradis privilégie désormais les épices au sucre. D'une pureté rare, elle flirte avec les graves comme jamais. Pour notre plus grand plaisir. "Divinidylle" porte l'énergie de groupe d'un vrai disque pop. Plus simple, plus épuré, plus mystérieux aussi que ce à quoi Vanessa nous avait habitués.

Sur le single, "Divine Idylle", on débute au cœur des sixties, avec les Temptations, les mains qui claquent, la basse ronde, la guitare de Matthieu qui ondule, pour doucement glisser vers un rock très actuel. Trois décennies traversées en moins de trois minutes ! "Chet Baker", écrite par Jean Fauque, est née en une demi-heure. Une chanson qui permet d’être triste. En sachant que tout va repartir dans la minute qui suit: il est des histoires de ruptures qui sont des histoires de retrouvailles, des histoires frappées: "écouter Chet Baker, se dire que c'est fini... jusqu'à tout à l'heure, et revenir en arrière... à toute allure !" Mélodie aérienne, où les larmes coulent sans gravité.

"Les Piles", écrite et composée par notre très aimé Thomas Fersen, est un duo entre Vanessa et Matthieu. "Un peu comme si le Iggy Pop de "Passenger" revendiquait, débonnaire, son goût de la paresse." Ca ne vous est jamais arrivé, à vous, le larver sur un canapé devant la télé, la main dans le paquet de chips ? "Cette chanson, c’est un pur moment de fainéantise. Quand Thomas me l’a envoyée, ça m’a fait rire et ça m’a donné envie de la chanter… Un texte ne doit pas forcément te ressembler pour que tu aies envie de l’interpréter… même si ça m’arrive d’être léthargique sur un canapé! De temps en temps, ça fait du bien», avoue la chanteuse, amusée.

"Dès Que Je Te Vois", coup de foudre absolu chanté et chantant, est une chanson ludique et très dansante à la mélodie ensorceleuse. "Est-ce que si on l'avait fait on se ferait l'effet que l'on se fait?"
Adorable et maline, le titre est une ode à la rencontre chimique qui s’adresse au bassin et finit en transe climatique. On ne s'en lasse pas: le coup de coeur est renouvelé à chaque écoute, à l'image de l'éternelle rencontre qui y est contée. "Les Revenants", elle, parle "des gens bien pensants, bien dans le format et qui regardent les autres, différents." C’est une balade à la fois féline et apaisée, où la batterie et la guitare emmènent vers des territoires vierges. Titre sensuel et mystérieux, proche de Tom Waits.
copie_de_vanessa_paradis_2007.jpg
"Junior Suite", autre coup de coeur, mais mélancolique cette fois, sur une musique d’Alain Chamfort et un texte de Didier Golemanas, traite de la solitude et de la perte des repères, "de quelqu’un qui est seul, qui ne sait plus trop qui il est. Et qui veut que ça s’arrête. C’est Albin de la Simone qui lui a donné toute sa force." Piano et voix. On est en bâteau, seul, avec le vent et l'océan: "toutes ces choses qui me viennent, toutes ces choses qui me quittent, ces choses qui me reviennent, ces choses qui me requittent, faudrait que ça me revienne avant que ça me passe vite..." Comme un jour qui se lève sans rien promettre ni condamner. Vanessa frappe le cœur, Dany Elfman n’est jamais très loin.

"L’Incendie", troisième coup de coeur qui nous allume, dévoile quant à lui sa ritournelle amoureuse et passionnelle, où les flammes s’étendent à chaque nouvelle note. "L'un sans l'autre, c'est un incendie, un incident bien senti, l'un se dit prêt à mourir pour l'autre, l'autre aussi... un incendie qui ne s'éteint pas de la vie... Plein soleil, l'autre lune", l'amour dure et la fusion traverse le temps grâce au simple sentiment d'éternité qui se fait jour dans l'union, mais la dépendance inquiète... Un brasier qui conduit à "Irrésistiblement", musique de Matthieu et texte de Brigitte Fontaine, - et oui ! C'est l’histoire d’une fille qui guette l’arrivée de son amoureux: l’attente, le désir et l’excitation. Avec quelques ombres ici et là, "La Bataille" est un rock furieux, rapide: "J’en suis fière de ce morceau ! C’est la première chanson rapide que j’ai écrite." Félicitation miss Paradis, car pour un premier essai, c'est réussi.

"La Mélodie", première chanson apportée par Vanessa à Matthieu, est un reggae. Sur un texte de Franck Monnet. Un reggae qui envoûte, servi par des claviers décalés. Une façon pas comme les autres de rappeler que ce disque s’est fait sur un an et demi. Au rythme du plaisir, toutes les saisons sont passées… et les guitares posées ici et là, les discussions fleuves et les disques qui tournent. Des petits bouts de vie. Les seuls qui comptent.

"Jackadi", c'est une autre histoire : "On l’a enregistrée en été, pieds nus avoue Vanessa, à la campagne, Matthieu à la guitare, Patrice a fait les chœurs... Une nuit, à 3 heures du matin, on l’a faite en live. C’était plutôt pour s’entraîner. Mais on l’a finalement gardée, une prise, un micro! Vincent Segal a fait un violoncelle après en studio, parfait." La simplicité de l'instant, la beauté du live, le naturel d'une répétition... un régal ! Une chanson comme un conte avant de dormir.

Il fallait cet écrin collectif, cette connivence avec une petite famille d’artistes, pour que Vanessa retrouve le chemin d’une inspiration qui, d’un disque à l’autre, reste singulière. Mais si "Divinidylle" revêt l’innocence et le charme troublants qui caractérisent sa musique depuis toujours, ce nouvel album marque surtout son retour à une énergie fièrement pop. Un incontournable de la rentrée, qui va faire danser le Zenith.

Les concerts à noter...

Cette aventure musicale, démarrée il y a quelques mois en studio, prendra toute sa dimension sur scène dès le 26 octobre 2007 avec une tournée de trente dates réunissant toute l'équipe de l'album.

Vanessa Paradis sera au Zenith les 13, 14 et 15 novembre 2007.

Les dates de Vanessa Paradis

Sur le web...


"Divine Idylle" sur yahoo

"Divine Idylle" sur dailymotion ou sur utube

Toutes les infos sur www.vanessaparadis.fr

Téléchargez l'album sur fnac.com


A voir aussi sur CultureCie...

b000h8ryt0.01.pngpauline-1.jpgcopie_de_jeanne_cherhal_01-_v.archeno.jpgbenito_doremus.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Axelle Emden - dans CDs
commenter cet article

commentaires