Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CULTURE & CIE

lire      écouter  voir  sortir   personnalités           films      expos  musique    news art    romans    concerts     ...

Rechercher

CULTURE CIE & VOUS

PARTENAIRES

17 juin 2007 7 17 /06 /juin /2007 00:06

C'est un peu à reculons que nous sommes allés voir "Mauvaise foi". Le cliché du couple mixte, "elle est juive, il est arabe", le "tout va bien" qui nous met dans un indiscutable suspense... Il faut avouer que ça sentait le déjà vu, le déjà lu... Pourtant, aux côtés de Cécile de France et Roschdy Zem, on passe un très bon moment.

Clara vit avec Ismaël depuis quatre ans. Elle est juive, il est arabe, et alors ? Evidemment que tout va bien, puisqu'ils s'aiment. Evidemment, ça ne pose pas de problème, puisque ça fonctionne. Un "couple normal" ? Oui, jusqu'à ce que Clara tombe enceinte... L'occasion de se rendre compte qu'on est vraiment amoureux, l'occasion d'emménager ensemble, l'occasion, aussi, de passer aux rencontres familiales officielles. Un amour évident, un attachement aux racines pas si évident et une envie de ne pas choisir entre des parents qu'on aime et un couple solide.

Si l'amour est là, tout se complique quand il s'agit de choisir un prénom, de statuer sur le bien-fondé de la présence d'une mezuzah et... si c'est un fils, on le circoncit à huit jours ou à trois ans-et-demi ? "Cet enfant, vous avez pensé à lui ? Il sera juif ou musulman?" Si c'est avec assurance que Clara répond à sa mère qu'il sera Français, elle se demande soudain ce que c'est que d'être juif, et Ismaël, lui, se met à faire le ramadan...

Les parents, on les aime, on les déteste, on les redoute... Des parents qu'on aime et avec lesquels on partage des traditions qui ne nous appartiennent pas tant que ça, des parents qu'on déteste quand ils prennent notre futur mari pour le livreur, des parents dont on a peur quand il s'agit de leur présenter sa future femme. Bref, des parents clichés qui se défendent d'être racistes, des parents dont on a honte, des parents auxquels on donne raison quand se met à s'engueuler pour rien... Un cliché, peut-être. La réalité surtout !

On a aimé ce film qui sent le vécu, on a noté quelques phrases cultes, dont celle de cette mère arabe heureuse d'être grand-mère avant tout mais qui n'oublie pas de dire à sa fille qu'elle a intérêt de lui ramener un musulman. On a aimé cette amitié entre un juif et un arabe, on a aimé cet aveu, cette contradiction poussée au paroxysme quand l'un avoue qu'il a l'impression de coucher avec sa soeur quand il couche avec une juive. Même chose pour Ismaël: il peut pas faire l'amour à une arabe ! On a aimé la manière dont sont soulignées les limites de l'ouverture, on a aimé le portrait d'une banlieue où l'on convie les juifs pour le ramadan, on a aimé les engueulades entre mecs pendant la partie de cartes, quand l'actualité des guerres vient bousculer les ententes. On a aimé le jeune rebeu musicien et le vieux bourge passionné de vélo. On a aimé ce regard sur une foi qu'on a pas choisie, sur une foi qu'on n'a pas toujours, sur une foi qui se fait culture et sur laquelle la vie nous pousse, un jour ou l'autre, à réfléchir. Facile de créer des ponts, de surmonter les contradictions avant les grandes décisions. Mais sans un retour sur soi, sans le temps qu'il faut pour se poser quelques questions, difficile de ne pas être de mauvaise foi. On a aimé cette franchise, les couleurs et les ombres des deux côtés.

Pas tout rose, pas tout noir, le film restitue avec brio les défis contemporains et des vies du quotidien. On peut taxer le film d'appartenir au cinéma cliché, il n'en sent pas moins le vrai, et toute la jeune génération pourra s'y retrouver. C'est sans doute le face à face avec des traditions qui nous échappent, cette dialectique entre l'autre, les autres, nos autres et nous-mêmes qui nous a le plus séduits.

Dans ce méli-mélo qui se déroule entre une famille arabe de banlieue et des ashkenaz plutôt bourges, Cécile de France et Roschdy Zem sont crédibles et touchants, drôles et profonds. Entre eux Pascal Elbé incarne un meilleur ami idéal, un tampon qui saute de temps en temps... pas longtemps. A voir. Juste pour le plaisir de respirer un peu de vrai qui ne se prend pas au sérieux.


A noter...

Comédie réalisée par Roschdy Zem 

Avec Roschdy Zem, Cécile de France & Pascal Elbé

Sortie DVD: 18 juin 2007
Lien Amazon

 

A voir aussi sur CultureCie...

un-secret.jpgd--trompez-vous.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Axelle Emden - dans Films en DVD
commenter cet article

commentaires