Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CULTURE & CIE

lire      écouter  voir  sortir   personnalités           films      expos  musique    news art    romans    concerts     ...

Rechercher

CULTURE CIE & VOUS

PARTENAIRES

8 juillet 2008 2 08 /07 /juillet /2008 03:40


Après son succès parisien démarré Salle des pavés à la Comedia en octobre 2007, « Parfums d'intimité » continue son aventure au Festival d'Avignon du 10 juillet au 2 août 2008. Une très belle pièce où le huis-clos touche à l’universel.

Le pitch…


Jean-Marc, professeur adulé, et Luc, jeune comédien nouvellement célèbre, se retrouvent ce soir. Succès, célébrité, admiration ... peu à peu l'image se brise et fait place aux vérités trop longtemps cachées. Leurs rêves et leurs faiblesses apparaissent alors dans un dialogue rempli d'humour, de complicité et d'émotion ... comme rarement deux hommes se révèlent à eux-mêmes.

La critique…

Ce soir-là, à « La Comédia », théâtre parisien où la pièce se jouait depuis plusieurs mois, la salle était remplie d’hommes. Sans savoir ce que l’on vient voir, on comprend, à ce simple coup d’œil, que la pièce aura un lien avec l’homosexualité. Et effectivement, un sens de l’observation (aigu), ajouté à un sens de la déduction (inné), n’ont pas trompés !

« Parfums d’intimité », c’est un huis clos, entre deux anciens amants, un mentor et son élève. Un professeur passionnant et charismatique, interprété avec simplicité, vérité et complexité par Renato Ribeiro. Un disciple aimé devenu une star de soap télé, joué par Laurent Artufel, dont le capital sympathie est immédiat : un sourire charmant, qui permet de combler un jeu encore hésitant.

La sobriété de la mise en scène, à la fois simple et naturelle, évite d’enfermer le texte dans cette relation homosexuelle, reflétant plus largement les enjeux du couple et les restes d’une relation qui s’est éteinte. Les regards sont là, les silences aussi, et surtout des rires, de l’humour, beaucoup de vie. Alors on laisse agir le miroir, on se regarde au travers de ces deux hommes, de leur amour, de leur tendresse, et l’on suit cet échange, ce moment, comme lorsque seuls, on se remémore ces instants que l’on a tous, d’une manière ou d’une autre, connus.

Un beau moment, qui résonne sans complaisance avec des souvenirs, et qui peut réconcilier le spectateur avec certains sentiments. Une belle pièce, grâce à son texte admirablement adapté, grâce à la mise en scène dépouillée et à l’interprétation marquante de Renato Ribeiro. Seule ombre au tableau : le public. C’est dommage, que dès lors qu’une pièce tourne autour  de l’homosexualité, vraiment c’est dommage, que le public soit aussi fermé. Réduire « parfums d’intimité » au thème homosexuel, c’est passer à-côté du propos de la pièce. On souhaite vivement que vous en jugiez par vous-mêmes.

La presse en parle…

« Une comédie douce amère, aux accents universels. » Philippe Chevilley, Les Echos
 
« Tendresse et humour se mêlent en un huis clos parfaitement réussi. » Juliette Benedetti, La Flèche

« Mis en scène par Christian Bordeleau, cette adaptation des Anciennes Odeurs de Michel Tremblay offre des personnages touchants et attachants. Une vraie réussite. » Tétu.com


A noter…

« Parfums d'intimité »
De Michel Tremblay
Adaptation & mise en scène par Christian Bordeleau
Avec Laurent Artufel & Renato Ribeiro

Du 10 juillet au 2 août 2008
Festival d’Avignon
Théâtre La Luna chaque jour à 17h
1 rue Séverine 84000 Avignon
Réservation: 04 90 86 96 28
Réserver sur BilletRéduc

Précédemment...

Du 11 avril au 22 juin 2008
Du 9 octobre 2007 au 1 mars 2008
La Comédia
6 impasse Lamier 75011 Paris

Sur le web…

parfumsdintimite.mabulle.com

www.myspace.com/parfumsdintimite

Le théâtre sur CultureCie...

undefined


Partager cet article

Repost 0
Published by Adélie Gintrand - dans Théâtre
commenter cet article

commentaires