Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CULTURE & CIE

lire      écouter  voir  sortir   personnalités           films      expos  musique    news art    romans    concerts     ...

Rechercher

CULTURE CIE & VOUS

PARTENAIRES

17 juillet 2008 4 17 /07 /juillet /2008 16:57

Will Smith en super héros alcoolique et impopulaire, cela semblait prometteur. Malheureusement « Hancock » est un film raté, une satyre audacieuse qui vire inexplicablement en une consternante bouillie blockbusterienne.



Le pitch…

Il y a les héros, les super-héros et il y a... Hancock. Ses superpouvoirs lui ont souvent permis de sauver d'innombrables vies, mais les dégâts monstrueux qu'il fait au passage ont fini par le rendre impopulaire. Les habitants de Los Angeles n'en peuvent plus et se demandent ce qu'ils ont bien pu faire pour mériter un "héros" pareil. Hancock est une tête de mule irascible qui n'est pas du genre à se soucier de ce que pensent les gens... du moins jusqu'à ce qu'il sauve la vie de Ray Embrey, un spécialiste des relations publiques.
Le super-héros le plus détesté au monde commence alors à réaliser qu'il n'est pas aussi insensible qu'il voudrait le faire croire.


La critique…

Tout avait pourtant si bien commencé. Depuis quelques semaines, le teaser tournait en boucle sur les écrans, nous révélant un super héros inédit : un sauveur désagréable et en état de clochardisation avancée, comme une respiration entre deux indigestes adaptations des comics standardisés de l’usine Marvel.

Hancock vole, Hancock est superpuissant et immortel mais Hancock est désespérément seul, alcoolique et pris en grippe par la populace de Los Angeles. L’antagonisme va croissant entre le super-héros désabusé et son public lassé par son attitude et ses interventions coûteuses.
Pendant toute la première partie du film, on jubile devant un Will Smith associable qui réussit le tour de force de sauver des gens en même temps qu’il se les met à dos, détruisant la moitié de la ville au passage.

Mais au moment où l’on pense que le film va prendre définitivement son envol, que Hancock va nous faire participer à son introspection, surgit alors un ennuyeux passé de super héros aux obscures origines mythologiques. Dès lors tout dérape, la rédemption frappe de plein fouet Hancock et la jouissive satire sociale se transforme en un laborieux film d’action romantico-bien pensant. Fini le second degré, exit l’autodérision. Les codes ultra balisés du film de super héros hollywoodien reprennent le dessus dans une ridicule surenchère dramatique et tout s’achève dans un assourdissant vacarme de vacuité pyrotechnique.

Même si l’on ressort déçu, tout n’est pas à jeter. Impossible de ne pas voir dans Hancock  une métaphore plus ou moins subtile de l’Amérique : super-puissance qui manque à tous ses devoirs et atteint des records d’impopularité. Plus ambitieux encore, le fait d’avoir un super héros « africain américain » sans que sa couleur de peau n’ait aucune influence sur l’histoire. Sûrement un signe que les mentalités changent au pays de l’oncle Sam. Après un super héros noir, pourquoi pas un président ?

L’originalité d’ «  Hancock », ce n’est pas l’énième naissance d’un super héros et de ses improbables nouveaux pouvoirs-gadgets mais bien la satire qu’il esquisse sur le statut social du héros dans notre société moderne. Malheureusement « Hancock » perd son chemin en cours de route et c’est bien dommage.


Quelques détails…

- Ce projet s’est longtemps intitulé « Tonight he comes » avant de devenir « Hancock » une fois le tournage commencé.


La presse en parle…

« Le film se décompose donc en deux parties inégales : avant et après la transformation. C'est évidemment la première, politiquement incorrecte (...) qui a notre faveur. » Télérama – Jérémie Couston

Si on adhère sans retenue à l'autodérision pratiquée par le comédien (...) on est moins fan du dérapage du scénario dans la seconde partie du film, qui multiplie les incohérences et ruptures de ton. » Le Journal du Dimanche – Stéphanie Belpêche


Vous aimerez forcément si vous avez aimé...

-    « Iron Man»


A noter…

« Hancock » réalisé par Peter Berg
Avec Will Smith, Charlize Theron, Jason Bateman
Date de sortie : 09 juillet 2008
Durée : 1h32

Site officiel: hancockwashere.com


Le cinéma sur CultureCie...








Partager cet article

Repost 0
Published by Maxime Govare - dans Cinéma
commenter cet article

commentaires