Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CULTURE & CIE

lire      écouter  voir  sortir   personnalités           films      expos  musique    news art    romans    concerts     ...

Rechercher

CULTURE CIE & VOUS

PARTENAIRES

15 juillet 2007 7 15 /07 /juillet /2007 02:17

Premier roman d’Ann Scott, « Asphyxie » est une plongée tendre et amère dans l’univers du rock et de l’héro. De l’amour à mort, raconté par une plume précise et dépouillée qui ne peut pas laisser indifférent. Une histoire d’amour est rarement un thriller haletant… Ann Scott arrive et rien ne sera plus jamais comme avant.


Carla est un top model mondialement connu. Fille d’un richissime peintre italien, comme son petit frère Alex, elle parle couramment plusieurs langues, change de pays comme on changerait de ville et a l’air de vivre depuis toujours dans le trop d’argent et le trop de solitude. Quand elle rencontre Chad, une star montante du rock, elle exige de son petit frère de l’accompagner sur quelques dates de la tournée du groupe… Duos de jumeaux, les liens se tissent à mesure que les ficelles s’installent : Alex nous raconte l’histoire, l’histoire de ces « enfants du paradis qui ont le mal du siècle ». Des orphelins ultramodernes se cachent derrière des images de conte de fées. Undercurrent explose, et son socle bientôt déraille.

On sait bien, que les histoires d’amour finissent mal. On sait bien, que les histoires de cam finissent mal. Pourtant à mesure que l’on s’enfonce vers l’enfer la tension monte et le suspense est tel que ce livre-là pourrait bien vous tenir éveillé jusqu’à l’aube. Célébrité, paparazzi, drogues dures, intoxications amoureuses… dans cet étrange ghetto où tout le monde se protège et où chacun préserve un autre, les fleurs qu’on s’offre sont toujours un peu celles du mal. Les thèmes sont vus et relus et pourtant le regard aiguisé de cette Ann Scott au cœur tendre bouleverse le lecteur en même temps qu’il redonne une actualité au romantisme et au rock’n roll. Etrange parallèle que cette descente aux enfers et cet amour qui ne s’essouffle pas. Etrange, vraiment ? « Au sommet, l’air est rare »… et les sommets de l’amour n’y changent rien. « Ils avaient tout pour être heureux », oui, c’est sans doute ça le problème : dans les conte de fées, le bonheur n’est pas gagné d’avance. A lire absolument.


Extraits choisis…

« Elle relève la tête, sait bien qu’elle doit le laisser dormir le plus longtemps possible, maintenant qu’elle comprend à quel rythme infernal ils vivent. Mais elle voudrait le serrer, le pétrir tellement il est trop mignon avec sa bouche entrouverte dont s’échappe un léger ronflement. Elle se rassied et le pousse sans ménagement pour le retourner, ce qu’il fait de lui-même, lentement, et son bras vient instinctivement protéger ses yeux du soleil. Elle le déboutonne et sans attendre le prend dans sa bouche. Envie qu’il ne manque plus jamais de rien. Pas difficile à comprendre qu’avant elle il n’a pas eu grand-chose. Elle remonte pour enfoncer sa langue dans sa bouche. Il sourit de ses yeux mi-clos. Elle sourit aussi, se demandant s’il saisit qu’elle a remarqué la taille de ses pupilles. Elle ne va pas résister longtemps à la tentation, elle le sait et elle s’en fout. » (p.61)

« Chad continue de ne pratiquement parler à personne, mais je me suis complètement mépris : il est là plus que n’importe lequel d’entre nous. Tellement là qu’il en souffre. Au début, à voir les gens se précipiter sur Paul et Alan, je pensais qu’une sorte d’ange invisible le protégeait de ce qui ne peut être ressenti que comme une immense agression pour quelqu’un d’aussi renfermé. Mais en fait ce n’est pas ça du tout : il fait peur. Et moi aussi il me fait peur, il a sans arrêt l’air d’être sur le point de craquer. » (p.105)

« Elle est complètement déchirée, ça se sent à son déhanchement, mais à voir les expressions subjuguées, personne n’a l’air de s’en rendre compte. Elle ne marche pas en rythme sur la musique, prend son temps – clair qu’elle est en train de régler des comptes. Infernale avec ses lèvres entrouvertes et son sourire endormi, sexy comme l’enfer quand elle prend la cigarette entre le pouce et le majeur et l’envoie balader. »


A noter…

« Asphyxie » d’Ann Scott
Première publication: 1996 chez Florent-Massot
Poche: Janvier 1999, J'ai lu, Nouvelle génération
254 pages

Lien Amazon



Ann Scott sur CultureCie…













A lire aussi sur CultureCie…



pontalis-traversee-des-ombres.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Axelle Emden - dans Romans & Nouvelles
commenter cet article

commentaires