Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CULTURE & CIE

lire      écouter  voir  sortir   personnalités           films      expos  musique    news art    romans    concerts     ...

Rechercher

CULTURE CIE & VOUS

PARTENAIRES

21 avril 2008 1 21 /04 /avril /2008 16:14

Artiste plasticienne, Juliette Clovis évolue dans un univers graphique très proche du pop art. L’artiste travaille sur les époques mythiques du XXème siècle, sur les fantasmes collectifs des sociétés occidentales, avec un regard à la fois nostalgique et décalé, où le souci de la perfection des formes et la fluidité des matières se conjuguent dans un esprit « design » très actuel.

Le travail de Juliette Clovis met en scène de manière presque obsédante les symboles appartenant à la mémoire collective. Edifices architecturaux, voitures, silhouettes sculpturales… le vinyle qui les redessine sur plexiglas, apposé par « traces », foisonnant de détails minuscules, offre un effet d’optique interpellant l’inconscient visuel du spectateur, qui recrée machinalement les courbes disparues dans la profondeur du vinyle. Une évocation par l’artiste de l’effet du temps sur l’objet et la rémanence de la mémoire. L’oeil retrouve quasi instantanément une parfaite cohérence des formes, des couleurs, des lignes, grâce à la recherche d’un équilibre parfait entre le plein et le vide. Comme si notre mémoire ne s’effaçait jamais totalement, comme si elle s’obstinait à vouloir recréer et à sublimer les images, irrémédiablement.

Juliette Clovis vue par Marie Deparis…

« En 2008, Juliette Clovis poursuit son exploration pop, avec cette fois un supplément de distance et de réflexion qui la pousse dans d’autres voies que celles du glamour chic et des attitudes « Vogue » qu’elle avait privilégiées jusqu’à aujourd’hui. D’abord, son travail de vinyle découpé sur plexiglas s’est complexifié, montrant d’une part une plus grande virtuosité technique mais aussi un sens plastique quasi architectural de la forme et du volume, du plein et du vide, dans des superpositions, parfois impressionnantes, intégrant une esthétique numérique plus flagrante. Ensuite, très clairement, son travail a évolué, mûri, vers un travail sur les codes, les représentations de notre époque. Et cela oblige aujourd’hui à superposer au premier regard, celui de la séduction de l’esthétique pop,
le regard de la distance critique.

Dans ses premières séries déjà, elle parlait- peut-être sans en avoir pleinement conscience- de cette imagerie de féminité, de ces codes iconiques que la société magazine nous renvoie. Avec sa série « American beauty », elle pointe non sans une certaine ironie l’image de la « pin- up » faire-valoir de la belle voiture, comme on peut s’en repaître dans certains magazines masculins, dans un diptyque qui renvoie l’une à l’autre de manière équivoque les images de la femme et de l’objet de consommation.

Pour la série «Les envahisseurs», elle juxtapose personnages iconiques de la culture pop et lieux mythiques dans d’improbables rencontres. Tintin courant au milieu des rues de New-York parmi les Yellow Cabs, King Kong s’attaquant à Big Ben, Superman tissant sa toile sur Paris, Betty Boop faisant son show devant la Tour Eiffel… Juliette Clovis mixe et entrelace des images d’une mosaïque culturelle désormais transversale et mondiale, transhistorique ou trans-générationnelle, comme une manière de dire, sans nécessairement dénoncer, le caractère cosmopolitique par essence du monde contemporain.

Plus encore, la série « Pink Power » dévoile un pan nouveau du travail et des préoccupations de Juliette Clovis. Prenant le contre-pied de l’esthétisation de ses modèles « Vogue » ou « Boudoir », elle choisit de montrer ici une autre beauté du monde, moins lisse et moins conventionnelle, plus vivante et plus émotionnelle. Elle prend le parti de visages beaux et ordinaires, de les traiter comme Warhol l’aurait fait de quelque star, non pour montrer comme l’aurait dit l’artiste que chacun dans la vie est susceptible d’avoir son quart d’heure de célébrité mais au contraire, en ces temps de hiatus de plus en plus profond entre l’extrême starisation des uns contre l’oubli des autres, pour réaffirmer, avec sensibilité, la beauté réelle du plus anonyme des visages humains. »


Solo exhibitions…

• « Vogue » in The Printemps – Paris - France - September 2007
• « Catwalk » - L’Espace 29 - Bordeaux - France - July 2007
• Personnal exhibition during the Who’s Next , international fashion fair in Paris – France - Febuary 07
• «Ho so chic» - Stephanie Hoppen Gallery - Chelsea, London - England - November 2006

Group exhibitions…

Affordable Art Fair - France - Art Vital Gallery - May 2008
• Europ’Art – Genève – Suisserland – Saffir Gallery - May 2008
Lille Art Fair - Galerie Petitjean - Lille - France - April 2008
• Affordable Art Fair - Artvitam gallery – London - England - March 2008
• « EROTIK » - Galerie Artwist – Paris - France - November 2007
• « Bic » L’art de rien Gallery – Paris France - September 2007
• « Paysages urbains » - Galerie Artwist – Paris - France - June 2007
• «La Féé rit» with Girls@work - Elysée Biarritz - Paris - France - March 2007
• London Art Fair - Stephanie Hoppen Gallery – London - England – January 2007
• «Aigues Marines» with Girls@work - Paris - France - June 2006
• Salon d’Art Contemporain de Montrouge (92) - France - April 2006
Permanent exhibitions
• Aix en Provence – France
• Paris – France
• London - GB

Les artistes sur CultureCie...


Erro, Sans titre, Série Playback, 2006 - Courtesy Galerie Louis Carré & cie
Huang Yan, Plum, 2007 huile sur toile 200 x 200cm - - Photo : courtesy Galerie Albert Benamou
Chen Jiagang - Série








Partager cet article

Repost 0
Published by CultureCie - dans Portraits & Bios
commenter cet article

commentaires

Juliette 25/01/2016 17:06

vous pouvez voir le travail récent de Juliette Clovis sur son site
http://www.julietteclovis.com/
http://www.julietteclovis.com/#!Lilium Amabile/zoom/cwvn/dataItem-ihoqawbo
http://www.julietteclovis.com/#!Adelpha - Limoges porcelain/zoom/x8fup/dataItem-ihht9f3b