Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CULTURE & CIE

lire      écouter  voir  sortir   personnalités           films      expos  musique    news art    romans    concerts     ...

Rechercher

CULTURE CIE & VOUS

PARTENAIRES

15 avril 2008 2 15 /04 /avril /2008 17:57


L’exposition « Tour d’un monde », consacrée à Georges Rousse, rassemble les oeuvres récentes les plus marquantes d’un artiste dont l’œil transforme des lieux en voie de disparition. Décors insolites et inattendus capturés aux quatre coins du monde depuis plus de trente ans révèlent la sensibilité d’un artiste au sens aigu du graphisme. Une salle transformée en project-room le temps de l’exposition, retrace également l'ensemble de son parcours depuis 1981.

Usines, logements sociaux, hôtels à l’abandon… de ces bâtiments de prime abord peu attrayants, Georges Rousse fait ressortir le charme et le graphisme, questionnant ainsi notre capacité à voir et à projeter le lieu dans lequel nous sommes… ou dans lequel nous croyons être. Ce qu’un architecte ou un décorateur projette en arrivant quelque part, les possibilités d’un espace et d’une lumière, tel est ce que mettent en relief les photos de Georges Rousse, insistant sans cesse sur l’imaginaire et les possibles. Architecte d’un espace intérieur, il est un archéologue de l’invisible, à la recherche non pas de la lumière mais de l’idée même qu’il s’en fait, non pas de la couleur mais de son concept. La photographie devient une plaque, non plus seulement sensible, mais transparente, en connexion avec le sens caché des choses. « Le beau est partout, il suffit de le voir, il suffit de le faire, il suffit de le vouloir » ont l’air de nous dire ses clichés, qui nous rappellent évidemment de quoi Soho était fait hier.

Il y a un plus de dix ans, Georges Rousse était invité à investir ce qui n’était pas encore la Maison Européenne de la Photographie mais l’Hôtel Hénault de Cantobre, un hôtel particulier du Marais alors à l’abandon. Dans le chantier en cours, Georges Rousse réalise de grandes installations mêlant couleurs et écritures racontant les moments poétiques recueillis au contact du lieu. Le bâtiment est ensuite rénové et ouvre ses portes en février 1996. De cette intervention, il ne subsiste aujourd’hui que les photographies conservées dans la collection de la MEP.

L’exposition présente, entre autres, la résidence que Georges Rousse a réalisée pendant deux ans au Forum du Blanc Mesnil (2005-2007). Il y a investi et transformé des logements sociaux et des bâtiments municipaux désaffectés. Accompagné de bénévoles, l’artiste a métamorphosé ces lieux «sans qualités» en espaces de méditation, comme un gymnase brûlé en décembre 2005 lors de la révolte des banlieues. L’oeuvre qui en résulte, pleine de vide et de noir, rappelle symboliquement l’incendie.

En 2006, dans le sud des Etats-Unis, à Durham en Caroline du Nord, l’artiste travaille sur quatre bâtiments historiques dont l’usine de tabac de Liggett & Myers, producteur des cigarettes Chesterfield, fermée depuis 1984. Plus de 150 bénévoles, en relation permanente avec les habitants de la ville, ont ressuscité la mémoire du lieu et ainsi exposé le témoignage muet d’une pratique industrielle disparue. Ce projet, intitulé « Warehouse Intervention » fait l’objet d’un film documentaire, projeté à l’auditorium de la MEP.

En 2007, à Vitry, il découpe en forme de cercle la totalité d’une usine avant sa démolition. Cette forme géométrique, très présente dans ses travaux antérieurs, émerge ici à ciel ouvert alors qu’elle était auparavant toujours cloisonnée dans un espace fermé. Enfin de ses voyages au Népal, il ramène d’étonnantes photographies de paysages et de villes où l’humain ne se rend visible que sous formes de traces. Une salle transformée en project room retrace également l’ensemble de son parcours depuis 1981."

Ce que Mondrian ou Rothko sont à la peinture, Georges Rousse l’est sans doute à l’investissement concret d’un espace, que l’on retrouve ici capturé, tapis, aplati par la photographie. Ce tour du monde est un atelier d’artiste grandeur nature, nous rappelant au potentiel de l’espace et à la singularité d’un regard. Tel un maître du design, il transforme un lieu uniforme en espace graphique. Georges Rousse est un habitant du monde : à son contact les espaces vides sont instantanément rendus vivants.

Photos...

Baldwin, 2006 © Georges Rousse
Drewen, 2003 © Georges Rousse
Irréel, Genève, 2003 © Georges Rousse
Amilly,
© Georges Rousse, Courtesy Galerie RX

A noter…

Du 9 avril au 8 juin 2008

Maison Européenne de la photographie
5/7 rue de Fourcy
75004 Paris
01 44 78 75 00

Ouvert du mercredi au dimanche inclus
De 11h à 19h45.
Fermé lundi, mardi et jours fériés

Le mercredi 14 mai à 18h, projection/rencontre avec Georges Rousse autour du film «Bending Space: Georges Rousse and The Durham Project», documentaire, 2007, 56 min
A l’auditorium de la MEP


www.mep-fr.org

Georges Rousse expose également...

Egalement à la galerie RX, du 11 avril au 24 mai, une dizaine de
photographies récentes de Georges Rousse.
Galerie RX
6 avenue Delcassé
75008 Paris

Parallèlement à l’exposition de la MEP, le Musée des beaux-arts de Chambéry présente, du 19 avril au 28 juillet, la série d’oeuvres réalisée autour de la réhabilitation des halles de Chambéry.
Musée des beaux-arts
Place du Palais de Justice
73000 Chambéry

Tél : 04 79 33 75 03

Georges Rousse sur CultureCie...

La biographie de Georges Rousse

Georges Rousse à la Galerie RX

Georges Rousse à la foire artparis 2008

Georges Rousse à Lille Art Fair 2008

Actuellement sur CultureCie...


EXP-LESINQUIETS_inquiets.jpgundefined

AR-Penck-Standart-70-72-Culturecie.jpg
gouery-cultureciejpg.jpg












Partager cet article

Repost 0

commentaires