Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CULTURE & CIE

lire      écouter  voir  sortir   personnalités           films      expos  musique    news art    romans    concerts     ...

Rechercher

CULTURE CIE & VOUS

PARTENAIRES

8 avril 2008 2 08 /04 /avril /2008 00:52

1918. Zelda a à peine dix sept ans. Elle est la belle et riche jeune fille du juge de Montgomery lorsqu’elle séduit Francis Scott Fitzgerald, lieutenant, futur grand écrivain, beau comme un astre et prince du roman qu’elle veut vivre avec lui.
   
Zelda est celle qui nourrit l’écrivain, elle ne vit pas, elle rend folle la vie. L’immense succès de « l’envers du paradis » de Fitzgerald les propulse dans un monde d’excès et de débauches dans lequel ils se plaisent et s’abîment
    
Leurs déchirures, leurs immenses personnalités a inspiré à Gilles Leroy un très beau roman. Zelda apparaît comme une muse mais aussi comme une femme d’une sensibilité extrême, douée d’un vrai sens de l’écriture, une artiste en soi. Elle est folle et aime sa folie, sa folie c’est son goujat de mari dont elle est prisonnière.
    
Une histoire incroyable tirée d’une incroyable histoire ! La Critique pour une fois ne s’y est pas trompée en lui attribuant le Goncourt 2007.


Extraits choisis…

«  Parfois l’excitation était si grande, elle bondissait dans mes veines, et je sentais les joues me cuire par un afflux de sang et de vie et de peur souterraine. Je valais quelque chose. Le cœur tambourinait à se rompre. La joie serait-elle douloureuse ? Quand je suis heureuse - si seulement il m’arrivait de l’être encore - ça fourmille  dans mes jambes, j’avale trop d’air, j’étouffe, mes yeux se voilent, il faut se rendre et rideau ! Je tombe.
J’aurais voulu vous le dire, docteur, mais je garde un peu de moi pour moi. » (page 54).
 
« Nous ne sommes pas tout à fait ordinaires, il faut croire. De m’avoir perdue m’a rendue soudain nécessaire. Scott faisait tout en romancier : après m’avoir punie, il a cherché à me changer.
Il a choisi les plus renommés des psychiatres. Ainsi restons-nous entre célébrités. »

«  Jalouse de Scott ? C’est si ridicule. «  Je ne suis pas jalouse, ai-je répondu. J’aurais voulu être  lui, une côte de sa poitrine, les lignes de sa main. Moi, figurez-vous, je me serais très bien passé du monde. Le seul enfant que je voulais de lui, c’était lui. (page 120).

A noter...

"Alabama Song" de Gilles Leroy
Aux Mercure de France (23 août 2007)
Collection Bleue

189 pages
15 euros

A lire aussi sur CultureCie...


le_plus_heureux_des_hommes_de_yann_queffelec.jpg

artefact.jpgma-femme-de-ta-vie.jpgla-femme-en-vert-d-Arnaldur-Indridason.jpg

 



 

Partager cet article

Repost 0
Published by Laurence Schmitt - dans Romans & Nouvelles
commenter cet article

commentaires