Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CULTURE & CIE

lire      écouter  voir  sortir   personnalités           films      expos  musique    news art    romans    concerts     ...

Rechercher

CULTURE CIE & VOUS

PARTENAIRES

28 mars 2008 5 28 /03 /mars /2008 00:10
Patti-Smith---Fondation-Cartier---PHOTO---culturecie.com---arts---expos.jpg
Du 28 mars au 22 juin 2008, la Fondation Cartier propose une exposition personnelle sans précédent de la musicienne américaine Patti Smith. Tirée du nom de son polaroïd fétiche, « Land 250 » réalise un rêve de plus de la rockeuse mythique, en présentant au public son travail intime. Réunissant des œuvres réalisées entre 1967 et 2007, elle permet de découvrir l’univers lyrique, spirituel et poétique de l’artiste à travers des dessins, des manuscrits, des vidéos et des photographies, dont de nombreux polaroïds. La visite des installations, créées spécialement pour l’exposition, est évidemment rythmée par la voix pénétrante de la star.

Patti photographe…

C’est en 1967 que Patti Smith commence à prendre des photographies qu’elle utilise dans des collages : « J’ai pris mes premiers polaroïds au début des années 1970, pour en faire des collages. La plupart d’entre eux ont disparu. Dans les années 1980 j’utilisais un appareil allemand, un Minox 35EL. »

Pour l’essentiel, Patti Smith photographie des sujets chargés de sens dans son monde artistique: les pantoufles de Robert Mapplethorpe, le lit de Virginia Woolf, la machine à écrire d’Hermann Hesse ou encore les couverts d’Arthur Rimbaud : « Pendant un moment j’avais un studio sur MacDougal Street à New York. L’endroit avait été occupé par une boucherie pendant des dizaines d’années, puis par une laverie. C’était un grand plaisir d’avoir un espace où je pouvais travailler sans être interrompue. J’y photographiais des objets, d’apparence modeste, mais chers à mes yeux. »

Patti-Smith---Fondation-Cartier--culturecie.com---arts---expos---photo.jpgD’autres polaroïds constituent un enregistrement visuel de ses nombreux voyages. Elles répondent à un « besoin immédiat de création artistique », a-t-elle confié lors du vernissage de l’exposition, besoin d’autant plus vif dans les périodes les plus difficiles de la vie de l’artiste : « Après la mort de mon mari, en 1995, j’étais incapable de me concentrer sur des activités compliquées comme le dessin, la musique ou l’écriture d’un poème. Ce besoin d’immédiateté m’a fait revenir au polaroïd. J’ai choisi un vieil appareil Land 100. L’instantanéité du procédé m’a procuré un sentiment de libération tout en servant ma créativité. En 2002, je suis passée à un vieil appareil Land 250. C’est un polaroïd rétractable que l’on charge avec des films pack ; il est équipé d’un viseurtélémètre à fenêtre unique conçu par Zeiss Ikon. Malgré son maniement un peu particulier, j’en apprécie la simplicité technique »… d’où l’appellation de l’exposition.

Loin de son studio new-yorkais, Patti Smith fait voguer son âme solitaire et mélancolique au gré de ses voyages et de ses promenades urbaines : « Lorsque j’ai perdu mon petit studio, je me suis aventurée dans le monde extérieur confie-t-elle, gardant mon Land 250 toujours à portée de main. Je ne suis pas photographe, pourtant faire des photographies m’a procuré un sentiment d’unité et de satisfaction personnelle. Ce sont les reliques de ma vie passée. Les souvenirs de mon errance. Elles recèlent tout ce que j’ai pu apprendre sur la lumière et la composition. » Intime, donc, les photographies de Patti Smith révèlent toujours la même fêlure, mais par un autre moyen, silencieux, à l’objectif sans doute plus vague.

Patti dessinatrice & vidéaste…

Patti-Smith---Fondation-Cartier---dessin---culturecie.com---arts---expos.jpg L’exposition présente par ailleurs une sélection de ses dessins, dont certains sont prêtés par de prestigieuses institutions, tels que le MoMA de New York et le Centre Pompidou, ou provenant de collections privées. Tout à la fois intenses et subtils, ces dessins témoignent d’un sens du trait calligraphique et sont entremêlés de textes et de poésie qui se sont frayés un chemin au milieu de la solitude.

En parallèle, son intérêt pour les collaborations artistiques s’exprime dans les films réalisés par Robert Frank, Robert Mapplethorpe et Jem Cohen ainsi que dans la performance sonore de The Coral Sea avec Kevin Shields. Un film court a été spécialement tourné par Patti Smith sur commande de la Fondation Cartier. Enfin, l’exposition présente des objets chers à l’artiste et provenant de ses archives personnelles, parmi lesquels des manuscrits originaux, une photographie prise par Constantin Brancusi ou encore une pierre recueillie au bord de la rivière où Virginia Woolf mit fin à ses jours.

Patti Smith trouve son inspiration dans de nombreuses figures clés de la culture française, parmi lesquelles Arthur Rimbaud, Nicole Stéphane, Jean Genet, Antonin Artaud et René Daumal. Paris résonne également à travers ses oeuvres, notamment dans les dessins exécutés à Montparnasse, quartier où elle résida lors de son premier séjour parisien en 1969, ou bien encore à travers les récentes photographies prises dans le jardin de la Fondation Cartier tout proche.

Evénements…

Reflétant la multitude de domaines artistiques explorés par Patti Smith, l’exposition se veut un projet global ne se limitant pas aux seules salles d’exposition. Ainsi, la Fondation Cartier confie à Patti Smith la programmation des Soirées Nomades et la librairie de la Fondation Cartier devient pour un temps la bibliothèque personnelle de l’artiste. Ses choix de livres, de disques, de films et d’objets permettent aux visiteurs de pénétrer la richesse de son univers.

Patti-Smith---Fondation-Cartier---dessin---culturecie.com---arts---expos---2008.jpg A noter...

 

Patti Smith
« Land 250 »

Du 28 mars au 22 juin 2008

Fondation Cartier
261 bd Raspail 75014 Paris
Métro Raspail

Exposition ouverte tous les jours sauf le lundi de 11h à 20h. Nocturne le mardi jusqu’à 22h.


www.fondation.cartier.com
 

 

Les expos du moment sur CultureCie...



undefined

Partager cet article

Repost 0

commentaires