Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CULTURE & CIE

lire      écouter  voir  sortir   personnalités           films      expos  musique    news art    romans    concerts     ...

Rechercher

CULTURE CIE & VOUS

PARTENAIRES

15 mars 2008 6 15 /03 /mars /2008 16:55
51Me0FJUjeL__AA240_.jpg
Fondé sur la véritable histoire de la première femme d'Orient à avoir publiquement refusé de porter le voile, 
"La Femme qui lisait trop" revient sur le XIXème siècle du cœur de la Perse des Qadjars. Tahereh était poétesse et sera étranglée pour avoir voulu vivre selon ses convictions et parler "cheveux au vent".

Téhéran, seconde moitié du XIXe siècle : la cour du shah fourmille d'intrigues de palais, complots et autres tentatives d'assassinat plus ou moins abouties, sous l'ironique et cruel regard de la mère du souverain persan... Voici que cette fois, pourtant, ce très ancien royaume va se trouver ébranlé non tant par les menées factieuses des uns ou des autres (menées qu'observe l'ambassadeur de Sa Royale Majesté la reine d'Angleterre) mais par l'irruption inattendue d'une poétesse fort lettrée dont, d'un bout à l'autre du territoire, les vers et les propos semblent agir sur quiconque en prend connaissance comme de puissants catalyseurs d'énergies "subversives" - voire "hérétiques" : entre ces deux adjectifs, que certains sont tentés de rendre synonymes, reste à savoir qui, de la poésie ou de la violence, va trancher...

A travers la figure historique de la poétesse Tahirih Qurratu'l-Ayn, à laquelle la postérité se montra si peu soucieuse de rendre justice, et qui osa, en femme libre et en exceptionnelle rhétoricienne, affronter au péril de sa vie les tenants du pouvoir tant séculier que théologique de son temps, 
Bahiyyih Nakhjavani met en scène les enjeux éternels - et plus incandescents que jamais aujourd'hui - de la liberté d'expression dès lors qu'elle s'affronte aux puissants comme aux dogmes religieux. Ecrit dans une langue étincelante, qui croise subtilement les fils de l'Histoire, de la religion, de l'art et la question de la condition féminine, ce roman propose, sur le mode d'une fiction historique, une réflexion d'une indéniable actualité. Une histoire qui n'est pas sans rappeler celle des courtisanes cultivées massacrées pendant l'Inquisition à Venise, et évidemment, plus proche de nous, le "Bas les voiles" de Chahdortt Djavann...

A noter...

Bahiyyih Nakhjavani est au Salon du Livre samedi 15 mars au stand Actes Sud de 15h à 19h.

"La Femme qui lisait trop"
Bahiyyih Nakhjavani
Date de parution :     28/09/2007
Chez Actes Sud
Collection   Romans Nouvelles Recits
Genre :  Littérature Moyen Orient
Lien Amazon

A voir aussi sur CultureCie...

castro-rafy.jpgarah-pahlavi.jpg

pandoralapremierefemme.jpgCopie-de-Communiqu-.jpg

meddeb.jpgimage_yacoubian-1.jpg



Partager cet article

Repost 0

commentaires