Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CULTURE & CIE

lire      écouter  voir  sortir   personnalités           films      expos  musique    news art    romans    concerts     ...

Rechercher

CULTURE CIE & VOUS

PARTENAIRES

4 mars 2008 2 04 /03 /mars /2008 10:07
There-will-be-blood---daniel-dee-lewis---paul-thomas-anderson---culturecie.com.jpg
« There will be blood », signé Paul Thomas Anderson, est une oeuvre majeure habitée par la performance hallucinée de Daniel Day Lewis. Une fresque dramatique digne des plus grands films de John Ford. Un classique.

Le pitch…

Lorsque Daniel Plainview entend parler d’une petite ville de Californie où l’on dit qu’un océan de pétrole coulerait littéralement du sol, il décide d’aller tenter sa chance et part avec son fils, H.W., à Little Boston.
Dans cet endroit perdu où chacun lutte pour survivre et où l’unique distraction est l’église animée par le charismatique prêtre Eli Sunday, Plainview et son fils voient le sort leur sourire. Même si le pétrole comble leurs attentes et fait leur fortune, plus rien ne sera comme avant : les tensions s’intensifient, les conflits éclatent et les valeurs humaines comme l’amour, l’espoir, le sens de la communauté, les croyances, l’ambition et même les liens entre père et fils sont mis en péril par la corruption, la trahison… et le pétrole.

There-will-be-blood-image---de-paul-thomas-anderson-avec-daniel-dee-lewis---culturecie.com---cinema---2008.jpgLa critique…

Pour qui s’y connaît un peu en cinéma, un projet réunissant Paul Thomas Anderson à la réalisation (« Booggie Nights », « Magnolia », « Punch Drunk love ») et Daniel Day Lewis à l’écran (« My left foot », « The Boxer », « Gangs of New-York »…) est sûrement un bon film.

Faux. « There will be blood » est beaucoup plus que ça. C’est une claque magistrale, une fresque monumentale et intimiste dont on ressort éprouvé.
P.T.A., sans conteste l’un des réalisateurs les plus doués de la dernière décade, frappe fort et frappe juste. Pendant 2h38 d’un récit brûlant sublimé par une B.O. électrique, il nous raconte l’histoire d’un pays et sa vision très sombre du rêve américain à travers l’ascension d’un homme assoiffé de pétrole.

Dans la fascinante aridité du désert américain Daniel Day Lewis trace son chemin avec une détermination féroce qui nous inquiète, buriné par la poussière et le soleil, le visage maculé de cet or noir qui rend les hommes fous. Il poursuit sa quête sans relâche, entraînant, tant qu’il peut le suivre, ce fils qui n’est pas le sien. Quand l’église locale se met en travers de sa route par le biais d’un jeune prédicateur exalté et opportuniste, il tentera de le convaincre,
de le contourner, de l’acheter, de l’écraser avant d’aller jusqu’à se faire baptiser pour There-will-be-blood-image---de-paul-thomas-anderson-avec-daniel-dee-lewis---culturecie.com---cinema.jpgparvenir à ses fins.
Sa réussite exacerbe sa haine inextinguible pour la race humaine. Il ne veut pas être riche : il veut être plus riche que les autres. D’abord chercheur de pétrole, puis prospère contaminé par la fièvre capitaliste, pour finir millionnaire, décadent et seul. Le pétrole, il ne le partagera avec personne. Pas même avec son propre fils.

Au détour de ces immenses paysages, Paul Thomas Anderson nous livre une œuvre de réflexion fascinante sur la société du XXème siècle, celle de quelques pionniers qui devinrent des magnats. Tant qu’il y a du pétrole, peu importe la souffrance, peu importe qui l’on abandonne sur la route, peu importe que le sang coule…

Quelques détails…

« There will be blood » est adapté du roman « Oil ! » de Upton Sinclair, publié en 1927.

La B.O. est signé Johnny Greenwood, qui n’est autre que le guitariste du groupe Radiohead.

Avec huit nominations aux oscars, le film obtint huit récompenses : l’oscar du meilleur acteur pour Daniel Day Lewis et celui de la meilleure photographie pour Robert Elswitt.

Daniel Dee Lewis a également remporté le Golden Globe du meilleur acteur pour sa prestation dans le film.

Rien de mieux que vos yeux...



La presse en parle…

« Par une savante gestion du temps (...), par (...) une bande-son hantée et (...) un Daniel Day-Lewis proprement terrifiant, Paul Thomas Anderson maintient une tension permanente jusqu'à l'explosion de violence finale (...). Le film révèle alors son vrai visage: celui d'un film d'horreur grinçant (...). » TéléCinéObs – Olivier Bonnard

« [Paul Thomas Anderson] réalise (...) un chef-d'oeuvre qui a l'ampleur d'un grand classique. L'interprétation méphistophélique de Daniel Day-Lewis (...) est littéralement démente. Paul Dano (...) le talonne dans la démesure. » Première – Stéphanie Lamome

« Paul Thomas Anderson a atteint le point qu'il visait et vient de produire la critique la plus virulente du mythe de la réussite et du self-made-man américain. » Charlie Hebdo – Jean-Baptiste Thoret

there_will_be_blood_imagesfilm.jpgA noter…

« There will be blood »
Réalisé par Paul Thomas Anderson
Avec Daniel Day Lewis, Paul Dano

Date de sortie : 27 février 2008
Durée : 2h38

Site officiel: www.therewillbeblood.com

A voir aussi sur CultureCie...

undefinednotre_univers_impitoyable_imagesfilm.jpgundefinedundefinedundefined


Partager cet article

Repost 0
Published by Maxime Govare - dans Cinéma
commenter cet article

commentaires