Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CULTURE & CIE

lire      écouter  voir  sortir   personnalités           films      expos  musique    news art    romans    concerts     ...

Rechercher

CULTURE CIE & VOUS

PARTENAIRES

1 mars 2008 6 01 /03 /mars /2008 22:25

Apprentissage traditionnel…

Né à Beyrouth, au Liban, en 1980, Ibrahim voit le jour dans un pays dévasté par la guerre civile.

Rapidement, sa famille quitte le pays et retourne en France où elle est installée depuis peu. Nourri de cette double culture, il commence l'apprentissage de la trompette à l'âge de sept ans avec son père. Ancien élève de Maurice André et professeur de trompette en région parisienne, son père fut professeur de trompette au Conservatoire National Supérieur de Beyrouth et trompette solo de l'Orchestre National de Beyrouth. Installé en France après l'éclatement de la guerre civile au Liban en 1977, il transmet à son fils la technique classique mais également la musique de sa terre d'origine.

C’est ainsi qu’il lui enseigne l’art de jouer la trompette à quarts de tons, prototype unique qu’il a lui-même mis au point à la fin des années soixante et dont il développa la technique, très différente de celle utilisée pour la trompette classique, jazz ou sud américaine.

Rapidement, Ibrahim fait ses premiers pas aux côtés de son père, en musique classique et traditionnelle arabe. Il se fait remarquer très tôt en concert à l'âge de 9 ans, quand il donne ses premiers concerts en soliste avec orchestre dans des concerti baroques de Vivaldi, Albinoni ou Purcell.

À l’obtention de son baccalauréat, Ibrahim hésite longtemps avant de renoncer à des études scientifiques. Accepté au CNR puis au CNSM de Paris, il choisit alors de se lancer dans une carrière musicale. Il y approfondit ainsi le répertoire classique, moderne et contemporain avec ses professeurs Gérard Boulanger et Antoine Curé.

Un succès immédiat…

C’est lors d'une tournée européenne qu’Ibrahim se fait remarquer en interprétant, à 17 ans, le deuxième concerto Brandebourgeois de J.S Bach. Considérée par de nombreux trompettistes comme étant l'une des oeuvres les plus difficiles du répertoire, elle se joue sur la trompette piccolo, instrument qu'Ibrahim pratique depuis l'âge de 9 ans et qui nécessite pourtant une grande maturité physique.

Il conclut ses études par l'obtention des premiers prix de trompette et musique de chambre des CNSM et CNR de Paris et reçoit 15 prix internationaux, européens et nationaux dont le 1er prix du concours NTC à Washington et le 1er prix du Concours International de Trompette de Hongrie.

Ibrahim joue régulièrement en soliste avec orchestres et en musique de chambre, et est invité un peu partout dans le monde pour des masters classes ou récitals - conférences internationale de trompette ITG de Forth Worth au Texas et de Glassboro dans le New Jersey aux Etats-Unis ; Festival Romantique de Trompette de Saint-Petersbourg ; Semaine Internationale de cuivres de Lieksa en Finlande ; au CNSM de Lyon, etc...

En 2003 et 2004, Ibrahim est nommé lauréat de la fondation française Georges Cziffra, de la fondation allemande pro-europa et arrive en tête du prestigieux Concours International de Trompette de la Ville de Paris, considéré par de nombreux professionnels de la musique comme étant l'un des deux plus grands concours de trompette classique au monde.

Son travail autour de cette trompette micro-tonale s'étend également à la musique d'avant garde, puisque depuis quelques temps, certains compositeurs ont écrit pour Ibrahim et pour cette trompette unique au monde des pièces de style contemporain où l'exploitation du quart de ton à été travaillée de façon exceptionnelle.

Une trompette polyvalente…

Multiculturel et multilingue, Ibrahim Maalouf exerce ses talents de musiciens à travers tous les genres musicaux, et avec des artistes du monde entier.

Régulièrement invité à participer aux concerts et aux albums de nombreux artistes aux styles très variés, il a notamment travaillé avec Archie Shepp en jazz, avec Mathieu Chédid dans un style plus pop, et avec Marcel Khalifé pour de la musique classique orientale. Il a également collaboré avec Toufic Farroukh en mettant sa trompette au service du jazz oriental, avec Lhasa de Sela dans un style electro world, et s’est également adapté à la jeune scène française, en travaillant avec Vincent Delerm, Thomas Fersen, Jeanne Cherhal et Arthur H mais aussi avec Enrico Macias. D’autres collaborations ont vu le jour, notamment avec Amadou et Mariam (blues africain), Rim-K, DJ Mehdi (rap), Angel Parra (musique populaire chilienne), Bumcello (electro-rock), ou encore Rictus (funk).

Depuis 2003, Ibrahim Maalouf a également composé des musiques de courts métrages, des pièces de musique de chambre et adapté des oeuvres pour la trompette. Il est également le co-fondateur de la toute jeune  'Compagnie Fahïm' avec la danseuse Fanny Coulm : ensemble ils recherchent de nouvelles façons d'aborder le dialogue entre les danses et les musiques.

undefined A 26 ans, Ibrahim Maalouf sort son premier album, « Diasporas ». L’opus rencontre un grand succès critique et son succès de prodige fait de lui un artiste qui « figure bien dans ce peloton exceptionnel de la toute nouvelle génération de solistes qui vont défendre l'art de la trompette à travers le monde », comme l’écrit J.P Mathez, rédacteur en chef et directeur du journal Suisse « Brass Bulletin », spécialisé dans les cuivres.

Un parcours à suivre…

A voir aussi sur CultureCie...

undefinedundefinedundefinedundefined

Partager cet article

Repost 0

commentaires