Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CULTURE & CIE

lire      écouter  voir  sortir   personnalités           films      expos  musique    news art    romans    concerts     ...

Rechercher

CULTURE CIE & VOUS

PARTENAIRES

5 février 2008 2 05 /02 /février /2008 05:43
Copie-de-Rimbaudweb.jpg
Dans le cadre de la programmation de l’hiver amoureux de la Maison de la poésie, Nâzim Boudjenah, metteur en scène et comédien, nous livre son interprétation physique et habitée du chef d’œuvre de Rimbaud, «Une Saison en enfer».

Le pitch...

Ce recueil de poèmes en prose de Rimbaud est un chant païen halluciné, un dramatique constat d’échec artistique et amoureux, une introspection brutale et désespérée mais surtout une oeuvre majeure de la littérature française.

La critique...

En entrant dans le hall de la Maison de la Poésie, on se précipite pour s’installer dans les confortables fauteuils rouges de la salle principale. Première erreur ! Il faut descendre pour rejoindre l’enfer. Une cave, des bougies, de l’encens: l’atmosphère est mystique. Finalement l’on s’installe dans une cellule de pierre de 30 m2 à peine, serrés les uns contre les autres. Nâzim Boudjenah est déjà là qui nous attend, les yeux fermés, adossé contre une croix.  Devant lui trône un autel avec calice, pain et cierges. Le décor est planté.

Il reste immobile, quelques longues minutes, apaisant. Une soirée poésie comme les autres. Deuxième erreur ! Nâzim s’éveille et devient Rimbaud, le poète maudit. Il fait monter alors son terrible désespoir, entrecoupé de rares fulgurances optimistes toujours plus éphémères. Il devient tour à tour damné, virginal et sacrifié. Le visage peinturluré en noir, blanc et rouge. Vociférant sur l’autel comme une gargouille, perché nu sur la croix, écroulé sur le sol par le poids de sa condition d’homme. Il occupe les trois dimensions de l’espace scénique avec la furieuse désespérance de Rimbaud.

On est happé par ce spectacle total et l’incroyable performance physique de Nâzim Boudjenah qui, pendant 1h45, nous bouscule avec la puissance de la prose rimbaldienne.  Alors oui, parfois cette mise en scène tout en énergie nous sort quelques instants du texte, mais jamais bien longtemps. Nâzim aime tellement les mots de Rimbaud qu’il n’a pas eu peur de se les approprier, de les faire exploser dans une lecture intense et baroque.

A noter…

Copie--2--de-Rimbaudweb.jpgTextes d’Arthur Rimbaud

Mise en scène et jeu de Nâzim Boudjenah
Musique Vanessa de Winter
Voix : Céline Carrere
Lumières : Thomas Vayssières
Production : Le théâtre du lion vert
Coréalisation : Maison de la Poésie
Durée:
1h45

Du 10 janvier au 2 mars 2008
« Une saison en enfer »  est jouée en alternance avec « Illuminations »
Mer. au sam. 21h et dim. 17h


undefinedMaison de la Poésie Paris – Petite Salle
Passage Molière
157 rue Saint-Martin 75003  Paris
Métro Rambuteau – Les Halles

De 8 à 16 euros
Renseignements et location : 01 44 54 53 00
www.maisondelapoesieparis.com

Voir aussi sur CultureCie...

La note d'intention de Nâzim Boudjenah sur le spectacle

La note d'intention de Nâzim Boudjenah sur "Illuminations"

La bio de
Nâzim Boudjenah

La programmation "Un hiver amoureux"

Et aussi...

undefinedundefinedundefinedundefined




Partager cet article

Repost 0
Published by Maxime Govare - dans Théâtre
commenter cet article

commentaires