Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CULTURE & CIE

lire      écouter  voir  sortir   personnalités           films      expos  musique    news art    romans    concerts     ...

Rechercher

CULTURE CIE & VOUS

PARTENAIRES

29 février 2008 5 29 /02 /février /2008 00:10
BovePortrait.jpg
Recommandé par Becket (« Il a comme personne le sens du détail touchant »), publié par Colette, suscitant l’admiration de Rilke, Emmanuel Bove (1898-1945) sort à intervalle régulier de l’oubli pour mieux y replonger à chaque fois. Et de demeurer l’un des secrets les mieux gardés de la littérature française du XXe siècle. Aujourd’hui, Bove ne réunit que des lecteurs inconditionnels qui forment une sorte de confrérie, qui, jalousement, garde ce secret.

La lecture de Bove ne laisse pas insensible. Des livres tels que « Le Piège » (1945), « Le Pressentiment » (1935) et surtout du premier que l’auteur ait écrit, « Mes Amis » (1924), font résonner en nous ce qu’il y a de plus profond, donc de plus refoulé, « à ce qu’il y a en nous de plus abandonné » selon la formule de Jean Cassou . Le journaliste Gilles Tordjman quant à lui résume très bien tout le propos de Bove lorsqu’il dit que « l’écrivain ne parle que d’une chose : de l’écart jamais comblé entre le désir d’exister et l’impossibilité d’être ».

Ainsi, les quarante et quelques romans de Bove forment un seul et même livre, dont le héros se sait pris au piège. A la fois victimes et responsables de leur sort, les personnages de ses romans forment une sorte de miroir de la condition humaine, nous renvoyant sa part d’inéluctable misère et de lâcheté, toutes classes sociales confondues.

En ce début de XXIe siècle qui ressemble davantage à une fin de siècle, la lecture de celui qui, mieux que personne, a su peindre le malheur ontologique de l’homme et la fatalité du désastre qui pèse sur sa vie prend tout son sens. Reste que mettre la main sur un livre de Bove n’est pas toujours aisé, tant les rééditions sont irrégulières et limitées. Déjà, en 1971, le poète belge Christian Dotremont lançait cet appel  : « La lecture d’Emmanuel Bove est nécessaire […] Or les livres d’Emmanuel Bove deviennent rares, ne sont pas proposés au public. Harcelons les libraires, harcelons directement les éditeurs. Vive Emmanuel Bove ! ». Pour que, trente ans plus tard, cet appel ne résonne pas dans le vide, vous savez donc ce qu’il vous reste à faire...

Sur le web...

www.emmanuel-bove.net

Partager cet article

Repost 0
Published by Emmanuel Villin - dans Portraits & Bios
commenter cet article

commentaires