Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CULTURE & CIE

lire      écouter  voir  sortir   personnalités           films      expos  musique    news art    romans    concerts     ...

Rechercher

CULTURE CIE & VOUS

PARTENAIRES

8 décembre 2007 6 08 /12 /décembre /2007 01:15
GEORGES-CHEVALIER.jpg
L’entrée du passage du Caire au No.33 de la rue d’Alexandrie, Paris 2ème, 18 juillet 1914.
Crédits photo : © Collection du musée Albert-Kahn-Département des Hauts-de-Seine


Louis (1864-1948) et Auguste (1862-1956) Lumière, connus pour être les inventeurs du cinématographe (Louis Lumière tourne son premier film en 1895, à la sortie de son usine de Lyon-Monplaisir) doivent à leur père, photographe lyonnais, leur attachement à l’image sous toutes ses formes. Diplômés en chimie et physique, les deux frères sont aussi connus pour avoir développé et commercialisé l’autochrome, premier procédé couleur monoplaque utilisable par tous.

Le 10 juin 1907, les frères Lumière, fabricants de produits et de matériels photographiques et inventeurs déjà célèbres du cinématographe, présentent dans les locaux du journal L’Illustration et devant un parterre de 600 invités, un procédé de photographie des couleurs mis au point par leurs soins. «Toute la nature vivante, sous ses aspects les plus variés, reproduite et fixée avec la magie et l’harmonie de ses couleurs sur une petite plaque de verre» relate le journal quelque temps plus tard. Ce document original est présenté dans l’exposition "Paris en couleurs", présentée à l'Hôtel de Ville de décembre 2007 à mars 2008..

La plaque autochrome Lumière est une plaque de verre recouverte de huit à neuf mille grains de fécule de pomme de terre par millimètre carré. Ces grains colorés en violet, vert et orangé sont fixés sur la plaque à l’aide d’un enduit, une application de carbone permettant de combler les interstices entre les grains. Lors de la prise de vue, les rayons lumineux traversent les grains de fécule faisant office de filtre, avant d’atteindre la couche sensible. Deux développements successifs transforment la plaque en positif restituant les couleurs réelles de la nature. On applique alors un vernis destiné à augmenter l’éclat et la transparence des couleurs et à protéger la surface de la couche contre les détériorations. Le résultat obtenu se présente comme une plaque positive, visionnable par transparence, à l’instar de ce que sera plus tard la diapositive.


Voir aussi sur CultureCie...


img-25884.jpgaudrey-yb-editions.jpg2843234344.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires