Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CULTURE & CIE

lire      écouter  voir  sortir   personnalités           films      expos  musique    news art    romans    concerts     ...

Rechercher

CULTURE CIE & VOUS

PARTENAIRES

28 septembre 2007 5 28 /09 /septembre /2007 00:30

edp2680-002-MF.jpg
Depuis une petite dizaine d’année, Plain White T’s joue sa parfaite mixture de pop et de punk dans des salles bourrées à craquer aux Etats-Unis. Ces musiciens originaires de Boston, ont commencé par interpréter des reprises dans leur banlieue avant de s’embarquer pour trois US Warped Tours, et d’ouvrir pour des groupes tels que Jimmy Eat World ou Panic! At The Disco.
Prêts à conquérir l’Europe, ils reviennent avec un nouvel album chez EMI, « Every Second Counts ». Le premier extrait, « Hey There Delilah », a déjà envahi les ondes aux Etats-Unis et au Royaume-Uni avec un succès étourdissant.


Il était une fois...


L’histoire des Plain White T’s remonte à leurs années de lycée, lorsque le chanteur Tom Higgenson est entré dans le fameux club rock le Metro: il voit alors son avenir sur scène. Tandis que la scène locale explosait au plan national via des groupes comme Smashing Pumpkins ou Veruca Salt, Tom décide qu’il est temps pour lui de concrétiser ses rêves. Armé de papier, d’un stylo et d’une guitare, il s'attèle à la tâche, expérimentant son talent en écrivant paroles et musiques, le tout immortalisé sur un magnéto 4-pistes dans la maison de ses parents à Villa Park, dans l'Illinois.

Dès qu’il assume son identité de "songwriter", il trouve le courage de donner une cassette de ses chansons à Christian Lane, chanteur du groupe des années 90 Loud Lucy. “Il l’a écoutée, se souvient Tom. Je l’ai ensuite revu à un concert et il s’est rappelé de moi. Il m’a conseillé de m’enfermer dans une pièce avec une guitare pendant un an, ce qui a été très inspirant.”


Tom recrute alors des copains de classe: lui continue à assurer la guitare et le chant, Dave Tirio le soutient à la guitare, Mike Retondo est à la basse, et parfois au chant, De'Mar Hamilton tient la batterie et Tim Lopez est aussi à la guitare et au chant.


Deux ans après avoir recruté ces quelques copains d’école pour monter un groupe, les Plain White T’s, déjà entourés de fans grâce à l’insolent talent de mélodiste de Tom Higgenson, jouent à leur tour au Metro. “Avoir l’opportunité de nous produire devant des jeunes qui ne nous connaissaient pas a été une vraie chance, dit-il. Réussir à séduire de nouveaux fans, c’est de ça dont il est question. Depuis l’âge de seize ans, notre ambition est d’avoir du succès et de nous produire devant un public énorme.”

 

 

Depuis presque dix ans, les Plain White T’s jouent dans des salles combles devant un public friand de leur énergie pop-punk. Au cours de leur périple, démarré dans une cave de banlieue à jouer des reprises, les Plain White T’s ont énormément tourné (déjà quatre Warped Tour à leur actif) au point de devenir de véritables guerriers de la route.

L’industrie musicale s’intéresse alors à leur succès, et après avoir écoulé des milliers de copies de leur premier album autoproduit de 2002, “Stop”, les Plain White T’s signent chez Fearless Records (label de Sugarcult, At The Drive-In et des Aquabats) qui réédite ce premier disque en 2005 avec “All That We Needed”.

"Every Second Counts"...Plain-white-CD.jpg

Avec “Every Second Counts”, premier album du groupe pour une major, la musique de ces grands enfants est sur le point de prendre une autre dimension. Que leur sort dépende de leur travail ou du destin, une chose est certaine : les Plain White T’s sont de passage sur Terre pour distraire. Avec ce premier opus pour Hollywood Records, qui paraît au Royaume-Uni le 10 septembre 2007, Tom et les autres continuent de changer des histoires personnelles en chansons universelles. Dans l’album, Tom chante les aventures qui démarrent comme celles qui s’achèvent.

En ce moment, le single “Hey There Delilah” est numéro 1 du Billboard Hot 100 aux USA et devrait s’imposer en Angleterre à sa sortie, le 3 septembre. “Nous savions que les gens allaient aimer cette chanson, déclare Tom, et c’est notre plus grand tube à ce jour.”

Dans une veine similaire, les textes de “Friends Don’t Let Friends Dial Drunk” mettent également en exergue le point de vue singulier de Tom sur l’amour et la vie, tandis que la mélodie vous aspire dans tous les sens du terme. “Cette chanson parle d’une fille qui ne m’appelait que lorsqu’elle était saoule, dit Tom. Sobre, elle ne voulait rien avoir à faire avec moi.” Des chansons autobiographiques donc, des chansons d'amour, des tranches de vie...

“Hate (I Really Don’t Like You)” est, selon Tom, “plutôt vindicatif, l’histoire d’une fille que j’aimais, qui m’a largué alors que je n’étais pas si méprisable. Je me sens davantage comme si elle m’avait évacué…”

Des chansons comme “Our Time Now” ou “Come Back To Me” vont même plus loin sur le plan émotionnel, tout comme “Write You A Song”, une des chansons les plus calmes du disque. “L’amour est ce que tout le monde souhaite, dit Tom. C’est ce qui obsède les gens et je suis comme eux. Les relations avec l’autre rendent fous parfois.” Avec beaucoup de simplicité, Tom avoue qu'il s'inspire de sa propre vie sentimentale : “Disons que je ne sais pas si c’est de l’amour, mais on s’aime bien: ‘Celles que j’aime ne m’aiment jamais’ dit le dicton.” Une réalité si banale et si joliement mise en mots et en musique...

Alors, à plaindre, les Plain White T’s? Comme le dit si bien le titre de leur disque, le groupe fait en sorte que “chaque seconde compte” et semble apprécier tous les aspects de son ascension vers la gloire. “Les choses vont plus vite que prévu alors on agit avec prudence, conclut Tom. Mais on n’a pas l’intention de changer. Qu’on joue dans un petit club ou une grande salle de concert, on compte bien transpirer autant. Et si les choses prennent vraiment une ampleur considérable, on pourra peut-être avoir un light-show !” On le leur souhaite !

A noter...

Plain White T’s
« Every Second counts »
Sortie le 15 octobre 2007 chez Capitol

Regarder le clip de Hey There Delilah sur u-tube

A écouter aussi sur CultureCie...

aaron_pochette.jpg06.jpgair_traffic_fractured_life_cd.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Axelle Emden - dans CDs
commenter cet article

commentaires